Le travail au noir se répand en France !

  • A
  • A
Le travail au noir se répand en France !
Partagez sur :

Un tiers des Français déclare y avoir eu recours contre seulement 8% en 2008.

Le travail illégal est de plus en plus répandu au sein de l'Hexagone... un Français sur trois déclare y avoir recours actuellement ou par le passé contre seulement 13 % en 2008, d'après le dernier baromètre O2-Market Audit réalisé fin novembre et publié dans 'Le Figaro'. Plus de la moitié des baby-sitters et des personnes réalisant du soutien scolaire sont ainsi payées au noir (respectivement 54% dont 25% au "gris" c'est à dire avec quelques heures travaillées déclarées et 51%). Cela concerne également une bonne partie des aides aux personnes âgées (42%). Législation moins avantageuse Cette hausse du travail au noir s'explique en partie par le changement de législation, le mode de déclaration du salarié à domicile ayant été revu en 2013. L'employeur n'a plus le choix entre celle au réel (sur la base du salaire versé) ou au forfait (sur la base du Smic). Beaucoup d'employeurs optaient pour cette dernière solution moins co�"teuse, mais elle a été supprimée. Le passage de la TVA de 7% à 10% au premier janvier ne devrait pas arranger les choses, précise 'Le Figaro'. D'après un sondage Harris pour l'émission "Capital" publié le mois dernier, 44% des Français déclarait qu'il leur était déjà arrivé de payer un service (babysitting, jardinage, réparations automobiles...) en liquide pour éviter de contribuer à la TVA ou aux charges sociales. Des risques peu connus Le changement  de législation n'explique cependant pas tout, d'autant que l'obligation de déclarer un salarié au réel s'applique à tous les emplois à domicile en direct, à l'exception des aides aux personnes âgées ou handicapées et des gardes d'enfants de moins de 6 ans. Le sondage montre en effet que les salariés travaillant au noir tout comme les employeurs ne connaissent pas toujours les risques qu'ils encourent (47% dans les deux cas).