Le taux de prélèvements obligatoires devrait atteindr eun record en 2013

  • A
  • A
Le taux de prélèvements obligatoires devrait atteindr eun record en 2013
Partagez sur :

Il est attendu à 46,3% du PIB en 2013 contre 42,5% en 2010

En France, le taux de prélèvements obligatoires - impôts directs, indirects, cotisations sociales et taxes - se situe largement au dessus de la moyenne de l'OCDE et de l'Union Européenne. Une tendance qui va encore s'amplifier l'an prochain. Il va passer de 42,5% du PIB en 2010 à 46,3% en 2013, un record ! Cela représente, en outre, 966,9 milliards d'euros, d'après les annexes du Projet de loi de Finances 2013 publié par Bercy. Des hausses appliquées par la droite et la gauche "Cette hausse s'expliquerait par la contribution des mesures fiscales et sociales décidées et mises en oeuvre par les pouvoirs publics", et non pas par la progression spontanée des recettes liée à l'évolution économique, peut-on lire dans le document du ministère du Budget. Dans le détail, en 2011, les principales mesures prises par le gouvernement Fillon ont représenté 19 milliards d'euros de recettes supplémentaires, dont 3,1 milliards d'euros provenaient de la réforme de la taxe professionnelle, 1,1 milliard étaient issus de la suppression du taux réduit de la TVA sur l'offre "triple play" ou encore 1,6 milliard d'euros pour la taxe "au fil de l'eau" sur les contrats d'assurance-vie. Pour 2012, une fois pris en compte le projet de loi de finances rectificatives de cet été (contribution du secteur pétrolier, contribution exceptionnelle sur la fortune...) ainsi que les mesures de l'ancien gouvernement, les hausses d'impôts représenteraient 20,1 milliards d'euros de rentrées fiscales... En 2013, le mouvement de hausse va s'intensifier "Le contexte économique actuel nécessite de renforcer les efforts menés en matière de réduction des déficits", souligne le document. Et pour cause, si le gouvernement promet de répartir équitablement les hausses d'impôts, les prélèvements obligatoires vont continuer d'augmenter et de manière encore plus marquée. Elles sont estimées à plus de 20 milliards d'euros...Un montant loin d'être définitif compte tenu des prévisions de croissance sans cesse revues en baisse. Le Fonds monétaire international a revu ce mardi ses prévisions pour la France de +0,3% à +0,1% pour cette année, et de 0,9 à 0,4% pour 2013. Les prévisions gouvernementales se situent aujourd'hui à respectivement +0,3% et +0,8%. Or, chaque dixième de point manquant du PIB nécessite de trouver un milliard d'euros en plus...