Le taux de chômage en zone euro bat un nouveau record en avril

  • A
  • A
Le taux de chômage en zone euro bat un nouveau record en avril
Partagez sur :

Il s'établit désormais à 12,2%...

Le chômage en zone euro poursuit son inexorable ascension, alors que les dirigeants de la région commencent à plaider pour moins d'austérité et davantage de croissance. Le mois dernier, le nombre de demandeurs d'emplois a progressé de 95.000 dans l'UE17 pour s'établir à 19,375 millions de personnes, d'après les données publiées par Eurostat. Le taux de chômage a ainsi progressé de 0,1 point d'un mois sur l'autre pour ressortir à 12,2%. Sans surprise, les taux les plus élevés ont été recensés en Grèce (27% en février 2013), en Espagne (26,8%) ainsi qu'au Portugal (17,8%) alors que les plus faibles ont été relevés  en Autriche (4,9%), en Allemagne (5,4%) ainsi qu'au Luxembourg (5,6%). Chez les jeunes des pays de l'Europe du Sud, le taux de chômage atteint des sommets : 62,5% pour les Grecs, 56,4% en Espagne, 42,5% au Portugal et 40,5% en Italie... Bruxelles donne du temps pour réformer le marché du travail Mercredi, la Commission européenne a donné davantage de temps à plusieurs Etats membres, dont la France, pour parvenir aux objectifs de stabilité budgétaire. En contrepartie, les pays doivent notamment réformer leur marché du travail. "Il est dorénavant primordial que la marge de manoeuvre créée par un rythme de consolidation ralenti soit employé par les Etats membres à la mise en oeuvre des réformes économiques indispensables à la réalisation de notre potentiel de croissance et à l'amélioration de notre capacité à créer de l'emploi", a prévenu le commissaire aux Affaires économiques, Olli Rehn. La Commission européenne appelle en particulier les Etats à rendre le marché du travail plus souple et à ouvrir les marchés des biens et services, porteurs d'emplois. Un fonds de 6 milliards d'euros Réunis mardi à Paris, plusieurs ministres européens ont par ailleurs tenté de définir les contours du plan de lutte contre le chômage des jeunes. Le budget 2014-2020 y consacre 6 milliards d'euros, insuffisant aux yeux de certains. Il doit être détaillé lors du prochain Conseil des 28 et 29 juin. Il prévoit notamment le développement de l'apprentissage et de la mobilité.