Le sommet de Rio sur le climat, déjà un "échec colossal" pour les associations

  • A
  • A
Le sommet de Rio sur le climat, déjà un "échec colossal" pour les associations
Partagez sur :

Elles dénoncent l'irresponsabilité des responsables qui peinent à réaliser que l'économie verte est un axe de croissance important...

Vingt ans après le premier sommet sur le climat, les accords se concluent toujours à l'arrachée pour inscrire le développement durable à l'agenda des Etats. Mardi, les négociateurs se sont entendus sur un projet de déclaration 'a minima', avant l'ouverture de la Conférence des Nations unies sur le développement durable qui se tient à partir de ce mercredi à Rio de Janeiro (Rio+20). L'accord qui doit être paraphé d'ici vendredi est jugé largement insuffisant par les associations environnementales. Il n'inclut pas de clause invitant les gouvernements à supprimer progressivement les subventions aux carburants fossiles, qui ont quasiment triplé depuis 2009 malgré l'engagement des pays du G20 à les éliminer. L'association Greenpeace estime que c'est un "échec épique" sur "l'équité, l'écologie, l'économie". "Ce texte n'est en rien la base sur laquelle la croissance va reposer (...) c'est le testament d'un modèle destructeur de développement", martèle l'association. Son homologue WWF parle quant à elle d'"échec colossal". Pour l'organisation, les dirigeants se limitent à "prendre en considération" et "promouvoir", sans aller plus loin... Accaparés par la crise économique, les chefs d'Etats et de gouvernements semblent reléguer le développement durable au second plan. D'ailleurs de grandes personnalités comme le président américain Barack Obama, la Chancelière allemande Angela Merkel ou encore le Premier ministre David Cameron n'ont pas participé aux négociations. Pourtant, au moment où la relance de la croissance est devenue un objectif de premier plan, la commission européenne a appelé les Etats à s'appuyer sur l'économie verte, considérée comme un axe important de développement. Dans une note publiée en avril dernier, Bruxelles estimait le potentiel de créations postes dans ce secteur à 20 millions d'ici 2020...