Le "shutdown" américain risque d'impacter la fragile reprise française...

  • A
  • A
Le "shutdown" américain risque d'impacter la fragile reprise française...
Partagez sur :

Si la situation venait à perdurer, le gouvernement français craint que la situation outre-Atlantique ne freine la reprise hexagonale...

Le "shutdown" américain inquiète le gouvernement français... "Si cette situation devait durer, elle pourrait freiner la reprise en cours", a prévenu la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem, lors du compte rendu du Conseil des ministres qui s'est tenu ce mercredi. Conséquences pour les partenaires commerciaux Faute d'accord politique trouvé au Congrès sur le relèvement du budget, certains services fédéraux américains ont été contraints de fermer leurs portes ce mardi. "Il semblerait en effet que chaque jour de blocage conduise à une perte financière importante pour le pays et donc des conséquences sur ses partenaires", a détaillé Najat Vallaud Belkacem. Selon certains économistes, la paralysie des services non essentiels de l'Etat fédéral américain pourrait en effet co�"ter jusqu'à 1,4 point de croissance au PIB américain au quatrième trimestre, si elle durait 3 à 4 semaines. Jusqu'ici les analystes tablaient sur une hausse du PIB de l'ordre de 2,5% sur les trois derniers mois de l'année. Impact économique direct Le gouvernement français a récemment présenté son projet de budget 2014 à la Commission européenne. Il table sur une croissance de +0,9% l'an prochain après +0,1% cette année, misant sur la poursuite de l'amélioration du climat économique international, en particulier aux Etats-Unis. La France, dont les Etats-Unis étaient en 2012 le cinquième partenaire commercial, pourrait être plus directement impacté par ce "shutdown", notamment sur son activité touristique. Les parcs nationaux, sites touristiques comme la statue de la Liberté ne sont en effet plus accessibles au public depuis hier soir. Les voyageurs français pourraient donc demander l'annulation de leurs voyages auprès des tours opérateurs, même si l'heure est à la saison "basse".