Le Sénat lève l'immunité parlementaire de Serge Dassault

  • A
  • A
Le Sénat lève l'immunité parlementaire de Serge Dassault
Partagez sur :

Il pourra être placé en garde à vue dans le cadre d'une enquête sur des achats présumés de voix, corruption, blanchiment et abus de biens sociaux dans la ville de Corbeil-Essonnes.

Le sénat a tranché en faveur de la levée de l'immunité parlementaire de Serge Dassault ce mercredi, sur proposition du président socialiste Jean-Pierre Bel. Sur les 26 personnes composant le bureau, "la demande a été approuvée par 14 voix pour, les autres (...) n'ayant pas pris part au vote", précise la chambre haute du Parlement dans un communiqué. Possibilité de mise en garde à vue Lundi, le propriétaire de Dassault Aviation et du Figaro avait lui-même réclamé cette levée, pour démontrer "sa totale innocence", alors que le sénat l'avait rejetée en janvier dernier. Les magistrats du pôle financier de Paris pourront donc placer l'élu en garde à vue, dans le cadre d'une enquête sur des achats présumés de voix, corruption, blanchiment et abus de biens sociaux dans la ville de Corbeil-Essonnes. "Si cette levée d'immunité provoque mon placement en garde à vue, je suis prêt à affronter cette épreuve", a écrit Serge Dassault sur son blog. L'homme de 88 ans a en effet été maire de la ville de juin 1995 à juin 2009. Or, la justice s'interroge sur les conditions dans lesquelles se sont tenues les élections municipales organisées en 2008, 2009 et 2010 à Corbeil-Essonnes remportées par Serge Dassault puis par son bras droit, Jean-Pierre Bechter. En outre, le conseil d'Etat, qui a annulé le scrutin de 2008, avait tenu pour "établis" des dons d'argent aux électeurs. Le groupe des sénateurs communistes et apparentés du Sénat se félicite dans un communiqué d'"une étape vers la transparence". " Il s'agit de permettre à la justice de faire son travail en toute indépendance et de pleinement respecter le principe républicain de séparation des pouvoirs", écrivent-ils.