Le rythme d'endettement des communes française s'est accéléré en 2012

  • A
  • A
Le rythme d'endettement des communes française s'est accéléré en 2012
Partagez sur :

D'après le classement du Journal du Net, elle est passée de 57,5 milliards d'euros en 2011 à 60,7 milliards d'euros en 2012.

Le rythme d'endettement des communes françaises s'est accéléré l'an dernier, souligne jeudi le 'Journal du net' qui a établi le classement des villes dont les finances sont au plus bas, "sur la base de l'encours de la dette, ramené au nombre d'habitants". Le site internet estime que la dette cumulée des 36.700 villes de France s'est élevée à 60,7 milliards d'euros après 57,5 milliards d'euros l'année précédente, en hausse de 2,1% contre +0,9% en 2011. Une dette équivalent à 11.447 euros par habitant à Levallois-Perret Seules les villes de plus de 20.000 habitants ont été prises en compte pour établir ce classement, "pour éviter le biais des communes touristiques situées en montagne ou sur le littoral à la population administrative très faible", précise le JDN. En prenant comme critère la dette par habitant, la palme revient toujours et de loin à la commune de Levallois-Perret, située dans les Hauts- de-Seine, dont la dette totale a dépassé en 2012, les 731 millions d'euros (728 millions en 2011), soit 11.447 euros par habitant ! Cannes et Saint-Ouen complètent le podium Cannes conserve la deuxième place de ce classement, mais sa dette a légèrement reculé, s'élevant à 3.933 euros par résident contre 3.733 un an plus tôt. La créance globale de la ville s'élève à 277 millions d'euros. La ville de Saint-Ouen complète le podium comme l'an dernier avec une dette de 3.390 euros par habitant (3.311 euros en 2012), soit un endettement global de 159 millions d'euros contre 143,1 millions d'euros un an plus tôt. Sans grande surprise, la dette la plus élevée est détenue par Paris où elle s'élève à 3.260 millions d'euros, mais ne représente "que" 1.444 euros par habitant. Les bons élèves A l'inverse, dans certaines communes, la dette par habitant est inférieure à 1.000 euros. C'est le cas de Brest (451 euros) qui est même parvenu à la réduire par rapport à 2011 (507 euros). Le département de l'Aisne est ainsi le seul de France où elle ne dépasse pas les 300 euros ! (247 euros). Notons que parmi les grandes villes, Bordeaux et Lyon affichent un endettement par habitant limité (respectivement 828 euros et 710 euros contre 2.103 à Marseille et 1.539 euros à Lille).