Le rachat du théâtre de Paris, une stratégie "émotionnelle" pour vente-privée.com

  • A
  • A
Le rachat du théâtre de Paris, une stratégie "émotionnelle" pour vente-privée.com
Partagez sur :

Le montant de ce rachat représente 6 à 7 millions d'euros...

Créer de l'évènementiel... Le credo de Jacques-Antoine Granjon, PDG et fondateur de vente-privee.com, ne se dément pas, avec l'annonce hier du rachat du théâtre de Paris. Avec cette opération, "l'entreprise est dans la stratégie émotionnelle, (elle veut) créer des évènements pour faire parler de nous. Créer un autre rapport avec nos membres pour faire comprendre que nous ne sommes pas juste des vendeurs de produits à bas prix pour des raisons industrielles", a expliqué ce matin sur BFM Business le patron du groupe français de déstockage en ligne. Le montant de ce rachat représente 6 à 7 millions d'euros, a expliqué Jacques-Antoine Granjon, précisant que cette opération avait nécessité un an de pourparlers, face à de nombreux concurrents, et alors qu'une "inflation sur le prix des théâtres" se fait sentir. "Une respiration" L'ojectif de ce rachat est aussi de développer la verticalité au sein de son entreprise : "Je peux promouvoir un artiste ou un évènement, j'envoie simplement un mail à mes membres. Je vends les tickets de spectacles, les disques ou les produits dérivés. Et je produis ou coproduis dans ma ou mes salles", a-t-il expliqué sur BFM Business. Le site affiche déjà 18 millions de membres, dont 12 millions en France, et a vu son chiffre d'affaires atteindre le milliard d'euros, entre 2006 et 2010. Il est entré progressivement sur le marché de la culture, via la vente de places de spectacles, de disques, et la promotion d'artistes. Pour son PDG, une telle ascension nécessite de trouver "une respiration dans la vie de l'entreprise. Il faut trouver de nouvelles voies, il faut ouvrir vers l'Europe, c'est long, très coûteux. Pendant les années 2010-2011, on a donc mis en place plein de dispositifs, on a créé des "business unit", et 2012 a montré que tout cela était en train d'aller dans le bon sens."