Le projet d'acquisition de GlobalCollect fait grimper Ingenico

  • A
  • A
Le projet d'acquisition de GlobalCollect fait grimper Ingenico
Partagez sur :

Avec cette opération, le groupe souhaite équilibrer sa couverture géographique vers le marché nord-américain et accroître son exposition aux marchés à forte croissance d'Asie Pacifique et d'Amérique latine.

Le titre Ingenico s'envole de 7% sur le marché parisien peu après 10 heures. Le groupe a concrétisé ses ambitions de croissance externe en s'adjugeant GlobalCollect, un spécialiste néerlandais des solutions de paiement en ligne, dont les revenus bruts 2013 ont atteint 305 millions d'euros. La part des services de paiements dans les revenus du groupe devrait désormais dépasser 500 millions d'euros. La transaction co�"tera 820 millions d'euros à la société qui n'est plus vraiment qu'un acteur des terminaux de paiements. Cette acquisition est un bon moyen d'accélérer le développement du groupe dans les activités online notamment au niveau géographique alors que la conquête de nouvelles zones est très difficile dans le monde du paiement, explique ce matin le CM-CIC Securities, pour qui cette acquisition est une bonne opération. Gilbert Dupont abonde dans ce sens, en mettant en avant le renforcement du poids de la société dans le paiement en ligne, les fortes complémentarités avec Ogone et l'effet positif immédiat sur le bénéfice par action. Vers le marché nord-américain Grâce à Global Collect, Ingenico souhaite équilibrer sa couverture géographique vers le marché nord-américain et accroître son exposition aux marchés à forte croissance d'Asie Pacifique et d'Amérique latine. Il vise un accès à près de 600 e-commerçants internationaux de premier plan, avec une forte présence dans les biens et services en ligne, et une accélération de la transformation de son business modèle vers les services de paiement, avec un chiffre d'affaires pro forma issu des services de paiement qui devrait plus que doubler, pour excéder 500 millions d'euros. Global Collect, basé aux Pays-Bas, a dégagé en 2013 des revenus bruts de 305 millions d'euros (111 millions d'euros net) et un Ebitda (excédent brut d'exploitation) de 50 millions d'euros. La société, présente dans 170 pays, réalise 65% de ses ventes hors d'Europe.