Le pire et le meilleur de 2011 à la Bourse de Paris

  • A
  • A
Le pire et le meilleur de 2011 à la Bourse de Paris
Partagez sur :

Avec un CAC40 en recul de près de 18% depuis le 1er janvier !

Au terme d'une année 2011 marquée par un contexte de crise financière profonde, le palmarès gagnant de l'indice large SBF120 se résume à une vingtaine de valeurs seulement, face à un CAC40 en recul de près de 18% depuis le 1er janvier dernier en Bourse de Paris... Le groupe de luxe Hermes, vainqueur indiscutable du cru boursier écoulé, a grimpé de 45% avec l'aide active de son concurrent LVMH dans son capital. Suit EADS en hausse de 35%, porté par le dynamisme du secteur aéronautique, alors que Gemalto, spécialiste mondial de la sécurité numérique, se glisse dans le trio de tête, en progression de 17%. Derrière, un autre triplé se tient dans un mouchoir, avec une avancée commune de 16 à 17% : Remy Cointreau, Sanofi et Iliad. Un peu plus loin, Zodiac, encore une fois dans l'aéronautique, prend 14% et les très défensives Essilor et Eutelsat gagnent respectivement 12 et 10%. Pas la peine de chercher très loin pour trouver le pire du palmarès boursier de l'année 2011 ! Au sein de l'indice large SBF120, le rouge vif l'emporte en effet très largement avec des chutes vertigineuses de plus de 70% pour le tandem Air France-KLM et Technicolor. Derrière, Eramet, Veolia et Pages Jaunes dégringolent de plus de 60%. Dans ce naufrage généralisé, les banques figurent évidemment en bonne place avec des replis de 60% pour la SG, 56% pour le Crédit Agricole, 45% pour Natixis, alors que BNP Paribas ne recule "que de 38%" ! Parmi les autres glissades annuelles, notons encore dans l'automobile Peugeot qui dévisse de 58% et Renault qui chute de 41%. Entre 40 et 50% de perdus, on retiendra en vrac EDF, STM, Alcatel-Lucent, Carrefour, Eiffage, Lafarge ou Beneteau... Tout le monde est servi ou presque !