Le PIB français stagne encore au second trimestre

  • A
  • A
Le PIB français stagne encore au second trimestre
Partagez sur :

Comme ce fut le cas au premier trimestre, le PIB français a fait du surplace au second. Aucun des objectifs du gouvernement ne sera tenu...

Le PIB français du second trimestre est ressorti inchangé, a indiqué l'Insee ce matin à 7h30. Les vingt-quatre économistes interrogés par Bloomberg prévoyaient une légère progression de 0,1%. Les anticipations étaient assez homogènes puisqu'elles se situaient entre 0,0% et 0,2%. La Banque de France tablait pour sa part sur +0,2% sur la période. Au cours du premier trimestre, le PIB français avait stagné. Dans une tribune parue ce matin dans 'Le Monde', Michel Sapin, le ministre des finances, affirme que la croissance devrait être "de l'ordre de 0,5%" cette année, et que rien ne permet "à l'heure actuelle, de prévoir pour 2015 une croissance très supérieure à 1%". Le ministre concède que le déficit public dépassera 4% du PIB cette année. Les ménages empêchent la contraction Les dépenses de consommation des ménages se sont redressées, à +0,5% après -0,5% au premier trimestre, mais la formation brute de capital fixe plonge encore de -1,1% (-1% précédemment). La demande intérieure finale apporte 0,2 point de PIB, après l'avoir grevé de -0,4 point au trimestre précédent. Le solde extérieur co�"t -0,1 point de PIB, et les variations de stocks -0,1 point également, alors qu'elles avaient co�"té -0,5 point au premier trimestre. L'Insee précise que la production totale de biens et services est quasi stable (-0,1%). La production de biens manufacturés se contracte à nouveau (-1%), mais s'est trouvée accentuée par le nombre plus élevé qu'en moyenne de jours de "ponts" potentiels au deuxième trimestre. Dans le même temps, la production de services marchands est quasi stable (+0,1%). La première estimation du PIB trimestriel est traditionnellement annoncée moins de 45 jours après la fin du trimestre. Elle fournit non seulement une estimation initiale de la croissance, mais aussi des opérations sur les biens et services (échanges extérieurs, production, consommation, formation brute de capital fixe, variations de stocks) ainsi que l'acquis de croissance pour l'année en cours. Les résultats détaillés sont fournis moins de 90 jours après la fin du trimestre.