Le PDG de Ryanair tacle les taxes imposées au secteur par les gouvernements de l'UE

  • A
  • A
Le PDG de Ryanair tacle les taxes imposées au secteur par les gouvernements de l'UE
Partagez sur :

A l'occasion de la publication des résultats annuels...

Ryanair a publié ce lundi un bénéfice annuel de 503 millions d'euros au 31 mars, en hausse de 25% sur un an. Le chiffre d'affaires de la compagnie aérienne low-cost a par ailleurs grimpé de 19% à 4,3 milliards d'euros alors que le trafic moyen a progressé de 5%. Le management jugent ces résultats "louables" pour une année marquée par la hausse des prix du carburant et par une profonde crise en zone euro. "Pour le prochain exercice, il sera difficile d'obtenir les résultats records de cette année compte tenu du contexte économique", ajoute Ryanair qui craint les répercussions des cures d'austérité et des baisses de prix dans des pays comme l'Espagne, la Pologne ou encore le Royaume-Uni. Le PDG de la compagnie, Michael O'Leary a profité de la publication de ces résultats pour interpeller les gouvernements européens qui selon lui, "continuent de considérer le secteur de l'aviation comme une vache à lait", alors que le contexte économique est particulièrement tendu. Le Royaume-Uni et l'Allemagne ont augmenté les taxes sur les passagers de 5%, rappelle-t-il, alors que le budget espagnol récemment voté, prévoit des augmentations significatives des charges aéroportuaires, déjà très élevées à Madrid et Barcelone. "Il est extraordinaire qu'à un moment où l'Union européenne fait la promotion de la croissance, les différents gouvernements de l'UE ignorent délibérément la réalité : l'imposition du transport aérien pourrait endommager la création de trafic, le tourisme et l'emploi, en particulier dans les régions les plus affaiblies", conclut-il.