Le patronat britannique veut rester dans l'UE, mais pose ses conditions

  • A
  • A
Le patronat britannique veut rester dans l'UE, mais pose ses conditions
Partagez sur :

La puissante Confédération de l'industrie britannique (CBI), qui représente environ 240.000 entreprises...

Le patronat britannique estime que son pays doit rester dans l'Union européenne, mais estime que pour cela son Premier ministre David Cameron devra lutter pour endiguer "l'extension rampante de l'autorité de l'UE." "L'opinion des entreprises britanniques est sans équivoque : le marché unique est fondamental pour notre avenir", estime John Cridland, le directeur de la puissante Confédération de l'industrie britannique (CBI), qui représente environ 240.000 entreprises. "Mais l'UE n'est pas parfaite et il y a un mécontentement grandissant à l'égard de l'extension rampante de l'autorité européenne. L'Europe doit être plus ouverte, compétitive et tournée vers l'extérieur", ajoute ce dernier. Conditions d'adhésion Ces propos résonnent avec la position défendue par le Premier ministre qui veut maintenir la Grande-Bretagne au sein de l'UE. Cette question devra toutefois être soumise à référendum, en 2017, si David Cameron et réélu, et par ailleurs le chef du gouvernement s'est engagé à renégocier les conditions d'adhésion de la Grande Bretagne à l'UE. L'opinion publique est divisée sur la question de l'appartenance à l'Union européenne. Ce dossier s'annonce particulièrement difficile pour David Cameron, qui sera soumis au vote des Britannique en 2015. Il est en effet confronté aux pressions de la frange eurosceptique du Parti conservateur et à celles du Parti de l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP) qui exige une sortie immédiate de l'UE.