Le nombre d'enfants au travail a reculé d'un tiers entre 2000 et 2012

  • A
  • A
Le nombre d'enfants au travail a reculé d'un tiers entre 2000 et 2012
Partagez sur :

L'Organisation internationale du Travail appelle à intensifier les efforts...

Le nombre d'enfants travaillant dans le monde, a reculé d'un tiers entre 2000 et 2012 pour s'établir à 168 millions, indique un rapport de l'Organisation internationale du travail (OIT) publié ce lundi. Cela représente 11% de cette catégorie de la population. Parmi eux, 85 millions occupent une activité mettant directement en péril leur vie. Plus d'un enfant sur cinq travaille en Afrique Si le plus grand nombre absolu d'enfants exerçant une activité se trouve en Asie-Pacifique, c'est aussi la région qui a enregistré la plus forte diminution absolue du travail des jeunes de 5 à 17 ans entre 2008 et 2012. En revanche, "l'Afrique subsaharienne continue à être la région avec la plus forte incidence (...), avec plus d'un enfant sur cinq en situation de travail", soit 21% des 5-17 ans, contre 9% en Asie-Pacifique et en Amérique Latine et les Caraïbes et 8% au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. De très jeunes travailleurs... pas uniquement dans les pays pauvres L'étude menée par l'OCDE montre que le travail des enfants concerne surtout les 5-11 ans, dont le nombre s'élève à 73 millions contre 47,5 millions pour les 15-17 ans. La plupart des enfants travaillent dans le secteur de l'agriculture (58,6%), mais ils sont de plus en plus nombreux dans les services (32,3% en 2012 contre 25,6% en 2008). Enfin, l'OIT note que le phénomène ne se limite pas aux pays pauvres. "Il y a un total de 93,6 millions d'enfants travailleurs dans les pays à revenu moyen, dont 12,3 millions vivent dans les pays à revenu moyen supérieur, alors que les enfants dans les pays à faible revenu sont 74,4 millions", précise-t-elle... "Notre travail d'élimination du travail des enfants est loin d'être terminé, mais les résultats de la quatrième série des estimations montrent clairement que l'on peut y arriver", conclut l'OIT.