Le médiateur de Pôle emploi veut mettre fin aux radiations brutales

  • A
  • A
Le médiateur de Pôle emploi veut mettre fin aux radiations brutales
Partagez sur :

Un rapport devrait être présenté à la fin du mois de février...

Dix-neuf mois de hausse ininterrompue et une progression de 10% sur 2012... Les chiffres du chômage n'en finissent plus de grimper en France. La publication des données de décembre, avec un taux quasi-stable, ont aussi mis en avant le fait que les radiations administratives, qui représentent 10% du total des sorties, avaient augmenté de 24,5% en un mois. Ces donnée sont publiées alors que le médiateur de Pôle emploi, Jean-Louis Walter, planche justement sur un rapport consacré au sujet. D'après plusieurs sources de presse, ce dernier devrait proposer la création d'un "dispositif de graduation ou de sursis" pour éviter aux demandeurs d'emplois des radiations trop brutales. Dans sa ligne de mire notamment : l'absence d'un demandeur à une convocation. "Une décision grave" "Si l'on peut débattre de la portée de l'absence à une convocations et de l'interprétation à lui donner, systématiquement lui attribuer la valeur d'un refus de remplir ses obligations est exagéré, particulièrement au regard de certains motifs ponctuels et involontaires : retard de train, retard de dix minutes au rendez-vous, erreur de calendrier, etc", écrit Jean-Louis Walter dans ce document que s'est procuré notamment France Info.  "Radier est une décision grave, une épreuve que même un salarié socialement inséré ne saurait surmonter sans dommages", estime le médiateur, précisant que le dmeandeur doit ensuite "vivre deux mois sans revenus". Il demande donc qu'un système de graduation ou de sursis soit mis en place. Il demande par ailleurs que soient interdites, au niveau national, les radiations en cas d'absence à un rendez-vous téléphonique. Le rapport devrait être présenté fin février au ministre du Travail Michel Sapin.