Le Medef salue le plan "nouvelle France industrielle"

  • A
  • A
Le Medef salue le plan "nouvelle France industrielle"
Partagez sur :

L'organisation patronale appelle toutefois le gouvernement à créer les conditions fiscales nécessaires à la réalisation de cette initiative...

Le plan de réindustrialisation de la France dévoilé ce jeudi par le chef de l'Etat, François Hollande et le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg a été salué par le Medef. Cette initiative doit cependant reposer sur "la mobilisation des entrepreneurs de terrain", prévient l'organisation patronale. Baisser les charges pesant sur le travail "Cette ambition restera lettre morte si les conditions fiscales, sociales et réglementaires dans notre pays ne sont pas améliorées dans les semaines qui viennent", rappelle le Medef. Pour les représentants du patronat, "la nouvelle France industrielle" voulue par le gouvernement ne pourra voir le jour si les charges pesant sur le travail ne sont pas allégées et si la réglementation ne s'assouplit pas. François Hollande a cependant promis un cadre fiscal et réglementaire adapté et la mobilisation de moyens via la nouvelle Banque publique d'investissement ou le Programme des investissements d'avenir, dont 3,5 milliards d'euros seront disponibles. Par ailleurs, mercredi, lors de la présentation du budget 2014, le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici a assuré qu'il n'y aurait pas de hausse de prélèvements obligatoires sur les entreprises en 2014 et que l'augmentation des cotisations retraites prévue par la réforme récemment annoncée serait intégralement compensée. "Le co�"t du travail ne sera pas augmenté", a-t-il promis. L'initiative privée au coeur du plan de redressement Lors de la présentation de son projet qui vise à développer 34 filières sur dix ans, François Hollande a promis que les industriels seraient associés. "L'Etat n'a pas à se substituer à l'initiative privée car ce sont les industriels qui connaissent les marchés (...) mais à l'Etat, il lui revient de désigner un cadre, d'accompagner, de stimuler", a-t-il déclaré. "Chaque plan sera animé par un chef de projet issu du monde industriel", a ajouté le chef de l'Etat...