Le Medef s'opposerait aux conclusions du débat sur la transition énergétique

  • A
  • A
Le Medef s'opposerait aux conclusions du débat sur la transition énergétique
Partagez sur :

D'après 'Le Monde' qui s'est procuré un communiqué, l'organisation patronale estime que le document "st une synthèse partielle et ne peut être considéré comme consensuel"...

Alors que le débat sur la transition énergétique s'achève officiellement aujourd'hui, le Medef a d'ores et déjà fait savoir qu'il refusait de signer les quinze recommandations de la première version du texte, d'après un communiqué de presse cité par 'Le Monde'. "Le document soumis au conseil national du débat  est une synthèse partielle et ne peut être considéré comme consensuel", déplore le syndicat patronal, d'après les propos rapportés par le quotidien du soir. Le nucléaire fait toujours débat Ces recommandations seront officiellement présentées au mois de septembre, mais les grandes lignes sont déjà connues. D'après le document que s'est procuré le site 'Francetvinfo.fr', le Conseil national énonce le principe de respect de "l'engagement présidentiel de ramener à 50% la part de la production nucléaire dans le mix électrique à l'horizon de 2025". Le document précise toutefois que certains acteurs ont fait par de leur opposition à cet objectif. C'est justement le cas du Medef qui juge "incohérent de recommander la fermeture de centrales s�"res et rentables", souligne le communiqué cité par 'Le Monde'. Pas de consensus sur la baisse de la consommation Les acteurs apparaissent aussi diviser sur les objectifs de baisse de la consommation énergétique. Certains fixent "l'ambition d'une réduction de 50% (...) à échéance 2050 (par rapport à 2012)", peut-on lire dans le document. "Cette trajectoire n'est pas nécessaire pour réaliser la transition énergétique, et n'est pas compatible avec la perspective d'un retour à la croissance forte", martèle le Medef. Des membres du Conseil suggèrent ainsi de ramener la consommation à un rythme plus lent, de -20% d'ici 2050. Le gouvernement doit intégrer les propositions dans la préparation du projet de loi de programmation pour la transition énergétique, présenté au débat et au vote du Parlement avant octobre 2013, rappelle le Conseil national.