Le marché juteux des éthylotests

  • A
  • A
Le marché juteux des éthylotests
Partagez sur :

Seuls deux fabricants se partagent le marché.

Grâce à un petit coup de pouce de l'Etat, les fabricants d'éthylotests vont enregistrer des ventes records cette année. Un jackpot partagé par deux fabricants, qui n'est pas sans susciter quelques interrogations... Le marché des éthylotests : un duopole Depuis le 1er juillet dernier, les éthylotests sont devenus obligatoires, chaque véhicule devant en être équipé. De quoi doper les ventes des fabricants, d'autant que, Contralco et Pelimex sont les deux seuls acteurs du marché à fournir des appareils homologués 'norme française', rappelle un article publié ce vendredi par 'Les Echos'. Le premier (80% de parts de marché des éthylotests chimiques) prévoit de doubler ses ventes à 47 millions d'unités alors que le second vise un chiffre d'affaires multiplié par quatre à 12 millions d'euros, souligne le quotidien économique. Pour le moment, à peine la moitié des automobilistes sont équipés. Ces derniers, ont en effet jusqu'au 1er novembre pour acheter leur éthylotest sous peine d'être verbalisés. Soupçons de conflits d'intérêts La structure duopole du marché a soulevé quelques interrogations. Fin juin, 'Sud Ouest' révélait que le président de l'association I-Test à l'origine du décret, n'était autre qu'un salarié de l'entreprise Contralco. Un "lobbying de fabricants réussi", aux yeux de la ligue de défense des conducteurs. "Les conducteurs responsables se posent légitimement la question de la pertinence d'une telle mesure et de la volonté désintéressée et réfléchie des différents intervenants pour lutter contre l'alcoolisme au volant", soulignait-elle dans un communiqué publié au moment de l'entrée en vigueur de la mesure, appelant à abroger le décret...