Le Luxembourg va soutenir la Grande-Bretagne contre la taxe sur les transactions financières

  • A
  • A
Le Luxembourg va soutenir la Grande-Bretagne contre la taxe sur les transactions financières
Partagez sur :

La taxe sera de 0,01% pour les produits dérivés et de 0,1% pour les actions et les obligations...

Le Luxembourg va soutenir le recours de la Grande-Bretagne contre la taxe sur les transactions financières proposée par onze pays de la zone euro. "Nous sommes très compréhensifs à l'égard de la position du Royaume-Uni (...) Nous apporterons assurément notre soutien à la procédure engagée devant la Cour européenne de justice", a déclaré lundi le ministre luxembourgeois des Finances, Luc Frieden lors d'une conférence bancaire à la City de Londres. Le gouvernement britannique a déjà déposé son recours jeudi. Il considère que la taxe, si elle est appliquée, affectera les transactions financières au-delà des frontières des pays qui l'imposeront, ce qui pourrait menacer les activités de la City. 0,1% pour les actions Cette taxe, inspirée de travaux de l'économiste américain James Tobin remontant à une quarantaine d'années, aura une portée symbolique en montrant que les autorités politiques, après cinq ans d'une crise née sur les marchés, entendent mettre à contribution des banques souvent remises à flot par l'argent public. Selon le plan présenté mi-février, la taxe sera de 0,01% pour les produits dérivés et de 0,1% pour les actions et les obligations. La TTF doit être mise en place en janvier 2014 par l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, l'Espagne, l'Estonie, la France, la Grèce, l'Italie, le Portugal, la Slovaquie et la Slovénie. La Commission estime qu'elle rapportera jusqu'à 35 milliards d'euros par an, soit 1% des recettes fiscales des pays participants.