Le Japon investit massivement dans la recherche sur les robots

  • A
  • A
Le Japon investit massivement dans la recherche sur les robots
Partagez sur :

Plus de 300 sociétés ont annoncé cette semaine leur regroupement au sein d'un consortium, avec l'objectif de mettre au point, d'ici à 2020 une centaine d'humanoïdes.

Le Japon accélère encore dans ses recherches sur la robotique. Plus de 300 sociétés ont annoncé cette semaine leur regroupement au sein d'un consortium, avec l'objectif de mettre au point, d'ici à 2020, une centaine d'humanoïdes. Baptisé i-RooBO Network Forum, il regroupe de grandes sociétés, telles que Toyota, Toshiba, ou Nippon Telegraph and Telephon, mais aussi des entreprises plus petites, spécialisées dans la robotique. Et l'année 2020 n'a pas été choisie au hasard : Tokyo accueillera les Jeux olympiques, et l'archipel compte bien faire de cet événement un tremplin pour organiser en parallèle des "JO de la robotique" et mettre en avant son savoir-faire dans ce domaine. Un marché en forte croissance Confronté au vieillissement de sa population, le pays est particulièrement en pointe dans ce type de technologies. Le marché japonais de la robotique était estimé à environ 860 milliards de yens en 2012 et devrait atteindre 2.850 milliards de yens (20,4 milliards d'euros) en 2020 selon un rapport du ministère japonais du Commerce. Début juin, le groupe japonais Softbank et la start-up française Aldebaran avaient ainsi annoncé jeudi dernier la commercialisation dès février prochain au Japon de ce "robot personnel", qui pourra tenir compagnie à des humains. "Pepper" sera vendu 198.000 yens (1.420 euros) hors taxes au Japon. D'autres groupes planchent sur des services spécifiques à destination des personnes âgées, à l'image de Panasonic et sa filiale spécialisé ActiveLink, ou de Honda, qui met au point depuis plus de 10 ans un robot qui pourrait entre autres remplir des tâches d'auxiliaire de vie