Le Haut Conseil se montre prudent sur les prévisions de croissance du gouvernement

  • A
  • A
Le Haut Conseil se montre prudent sur les prévisions de croissance du gouvernement
Partagez sur :

Le gouvernement doit dévoiler mercredi son "programme de stabilité"...

Le Haut Conseil des finances publiques, cet organisme créé pour vérifier la bonne tenue des comptes de la France, a rendu ce mercredi son premier avis sur les prévisions de croissance économique. Le gouvernement, qui doit dévoiler mercredi son "programme de stabilité", table sur une hausse du PIB de +0,1% cette année et de +1,2% l'an prochain. Ces projections, ajustées sur celles de la Commission européenne, sont jugées un peu trop optimistes par le Haut Conseil, qui estime qu'un "léger recul" du PIB n'est pas à exclure cette année ainsi qu'un chiffre "sensiblement inférieur" à 1,2% en 2014. "Pour le Haut Conseil, un certain nombre d'aléas sont susceptibles de différer la reprise de l'économie et d'avoir un impact négatif sur les années 2013 et 2014", écrivent les auteurs du document, estimant que "les tensions au sein de la zone euro ne peuvent être considérées comme résorbées". Prévision "incertaine" Concernant la période 2015-2017, pour laquelle le gouvernement attend une croissance de 2% par an, le Haut conseil estime que cette prévision est "incertaine", le scénario envisagé présentant, selon lui, "un certain nombre de fragilités". Il juge notamment que "les effets de la crise économique et financière - notamment la faiblesse des investissements des entreprises et la persistance d'un chômage de longue durée à un niveau élevé - pourraient perdurer après 2014 et contribueraient ainsi à affaiblir la croissance potentielle". Créé pour prévenir tout dérapage des comptes publics, le HCFP est présidé par le premier président de la Cour des Comptes Didier Migaud. Il est chargé de rendre un avis sur les prévisions macroéconomiques associées aux principaux textes financiers du gouvernement et sur la "cohérence" de ces textes avec la trajectoire de retour à l'équilibre des finances publiques.