Le groupe Total relaxé dans le dossier "Pétrole contre nourriture"

  • A
  • A
Le groupe Total relaxé dans le dossier "Pétrole contre nourriture"
Partagez sur :

Aucune charge n'a été retenue contre l'ensemble des vingt prévenus poursuivis dans cette affaire...

Total a été relaxé lundi par le tribunal correctionnel de Paris dans le dossier "Pétrole contre nourriture". Le groupe pétrolier était poursuivi notamment pour des faits de corruption d'agents publics étrangers, qui ont parasité ce programme monté à l'époque où Saddam Hussein était au pouvoir en Irak. Aucune charge n'a été retenue contre l'ensemble des vingt prévenus poursuivis dans cette affaire. Ils étaient soupçonnés d'avoir été impliqués dans le contournement du programme de l'Onu, qui avait pour objectif d'aider la population irakienne en permettant à Bagdad de vendre une partie de son pétrole malgré l'embargo imposé après la première guerre du Golfe. Le PDG blanchi L'actuel PDG de Total, Christophe de Margerie, poursuivi pour des faits présumés de complicité d'abus de biens sociaux au préjudice de Total, et l'ancien ministre de l'Intérieur Charles Pasqua, poursuivi pour trafic d'influence passif et corruption d'agents publics étrangers, ont été relaxés. Le parquet, qui a dix jours pour faire appel, avait requis le 12 février une amende de 750.000 euros contre Total pour le chef de corruption d'agents publics étrangers. Il avait en revanche requis la relaxe des chefs de complicité et recel de trafic d'influence. Le ministère public n'avait pas requis de peine contre Christophe de Margerie et avait demandé la relaxe de Charles Pasqua.