Le gouvernement veut renforcer l'offre de formation des personnes handicapées

  • A
  • A
Le gouvernement veut renforcer l'offre de formation des personnes handicapées
Partagez sur :

A l'occasion de la semaine pour l'emploi des personnes handicapées, la ministre Marie-Arlette Carlotti a promis que le projet de loi sur la réforme de l'apprentissage comporterait un volet consacré au handicap.

A l'occasion de la semaine pour l'emploi des personnes handicapées,  la ministre déléguée Marie-Arlette Carlotti demande aux entreprises d'être "responsables", rappelant dans une interview acordée au 'Figaro', que "le taux d'emploi dans le privé n'est même pas à la moitié de ce qu'il devrait être"... La législation contraint normalement toutes les entreprises de 20 salariés et plus d'employer (à temps plein ou à temps partiel) des travailleurs handicapés et autres bénéficiaires de l'obligation d'emploi dans la proportion de 6% de l'effectif total de leurs salariés. Revoir l'organisation du travail Une étude publiée le mois dernier par la Dares révélait l'importance du chômage chez les personnes reconnues comme handicapées par l'administration. En 2011, seules 35% d'entre-elles étaient en emploi contre 64% pour l'ensemble de la population. Ce taux s'élève même à 56%, chez les personnes handicapées au sens large et dont le nombre s'élève à 9 millions. "Il faut comprendre que la plupart du temps, le handicap n'existe qu'en relation avec un environnement donné. Si on change l'environnement, le handicap s'estompe. C'est donc une véritable réflexion sur l'organisation du travail qui se pose aux employeurs", explique la ministre dans les colonnes du quotidien. Diplômer les personnes handicapées D'après cette même étude de la Dares, sur les 2 millions de personnes de 15 à 64 ans déclarant avoir une reconnaissance administrative d'un handicap leur permettant de bénéficier de l'obligation d'emploi de travailleurs, 51% n'ont aucun diplôme ou seulement le BEPC... Pour faire évoluer la situation, Marie-Arlette Carlotti a promis que le projet de loi de réforme de la formation professionnelle et de l'apprentissage qui sera déposé avant la fin de l'année "comportera un volet handicap".