Le gouvernement veut intensifier la lutte contre la contrefaçon

  • A
  • A
Le gouvernement veut intensifier la lutte contre la contrefaçon
Partagez sur :

La contrefaçon représente chaque année un manque à gagner de 6 milliards d'euros pour les entreprises françaises...

Les services des Douanes ont entamé ce mardi la destruction de plus d'un million d'objets contrefaits saisis au cours de ces derniers mois, en présence de la ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq. L'occasion pour elle de rappeler sa volonté de lutter contre ce phénomène... 6 milliards d'euros qui échappent aux entreprises Afin de lutter contre la contrefaçon qui représente un manque à gagner de 6 milliards d'euros chaque année pour les entreprises françaises et co�"te 38.000 emplois non créés à la France, la ministre du Commerce extérieur rappelle dans un communiqué qu'elle a demandé un renforcement des opérations de contrôle dans les centres de fret "où transitent les contrefaçons commandées en ligne et qui représentent près de 30% des saisies". Harmonisation des règles européennes Pour mémoire, l'an dernier, 4,6 millions d'articles de contrefaçon ont été saisis pour une valeur estimée à plus de 287 millions d'euros. Mais c'est beaucoup moins que les 8,9 millions d'objets interceptés en 2011. En cause selon les Douanes : l''arrêt "Nokia-Philips" de la Cour de justice européenne qui empêche les saisies de marchandises contrefaites qui ne font que transiter par l'Europe. Nicole Bricq a donc confié une mission au sénateur Richard Yung, "afin d'évoluer vers une union douanière intégrée qui permettrait d'unifier les niveaux de contrôles et les  réglementations mises en place au sein de l'Union Européenne". Le secteur du luxe en première ligne En plus des dispositions réglementaires existantes, les entreprises du luxe ont décidé de s'attaquer à la contrefaçon qui a littéralement explosé avec l'essor du e-commerce et qui représente un manque à gagner correspondant à environ 10% de leur chiffre d'affaires. Fin mai, regroupées au sein du Comité Colbert, les grandes marques ont dit souhaiter voir collaborer des banques et des sites internet encore très réticents à une charte de bonnes pratiques. Le comité lancera sa sixième campagne anti-contrefaçon avant l'été dans les aéroports de France mais aussi d'Italie, de Hongrie ou de Roumanie.