Le gouvernement donne le coup d'envoi de la négociation sur l'emploi

  • A
  • A
Le gouvernement donne le coup d'envoi de la négociation sur l'emploi
Partagez sur :

Les partenaires sociaux ont reçu ce vendredi le document d'orientation du gouvernement...

Les partenaires sociaux ont reçu ce vendredi la feuille de route de la négociation sur l'emploi voulue par le nouveau gouvernement, alors que le nombre de chômeurs a dépassé en France la barre des trois millions. Le document d'orientation avance quatre thèmes : "lutter contre la précarité sur le marché du travail", "progresser dans l'anticipation des évolutions de l'activité, de l'emploi et des compétences", "améliorer les dispositifs de maintien de l'emploi face aux aléas conjoncturels" et "améliorer les procédures de licenciements collectifs". Le futur accord devra être conclu avant mars 2013, mais les syndicats sont enjoints par le gouvernement à s'entendre avant la fin de l'année. Le document évoque, mais sans le citer, le dossier des accords "compétitivité-emploi", qui doivent permettre à l'entreprise de s'adapter à un recul d'activité par une baisse du temps de travail. "Fléxi-sécurité à la française" Première organisation patronale, le Medef écrit dans un communiqué que "la négociation proposée prend en compte les impératifs de simplification, de souplesse et de sécurisation juridique demandés par les entreprises, pour leur permettre de s'adapter aux évolutions de l'économie". Selon elle, cette "fléxi-sécurité à la française (...) permettra d'aborder dans de bonnes conditions la prise en compte du développement de l'employabilité et de la lutte contre la précarité dans la négociation assurance chômage". Côté syndicats, la CFDT estime que ce document d'orientation reprend l'essentiel de ses préoccupations. "Les thèmes principaux contenus dans le document sont pertinents pour une véritable négociation relevant le défi de l'emploi", écrivent ses dirigeants. La CFDT rappelle ses objectifs principaux : "la lutte contre l'emploi précaire", "l'anticipation des mutations économiques pour développer et maintenir l'emploi", et "le développement de mesures favorisant l'évolution professionnelle des salariés".