Le gouvernement demande à Electrolux de plancher sur des solutions internes à Revin

  • A
  • A
Le gouvernement demande à Electrolux de plancher sur des solutions internes à Revin
Partagez sur :

Une déclaration publiée au lendemain d'une rencontre avec des représentants des salariés et des élus locaux...

Le gouvernement s'invite dans les négociations chez Electrolux... Alors que le fabricant d'électroménager compte fermer ou de céder son usine de Revin, dans les Ardennes, d'ici 2014, les ministère du Redressement productif et du Travail lui demandent de considérer en priorité des solutions internes pour maintenir le site en activité, avant d'envisager la vente. Au total, 419 personnes sont concernées. "Le gouvernement a relayé auprès du groupe Electrolux la demande d'un approfondissement des pistes de solutions industrielles internes comme préalable indispensable à l'examen de toute autre hypothèse industrielle externe", écrivent dans un communiqué les ministres Arnaud Montebourg et Michel Sapin. "Mauvais signal" Une déclaration publiée au lendemain d'une rencontre avec des représentants des salariés et des élus locaux. Les ministres écrivent par ailleurs souhaiter que le groupe suédois, "implanté de longue date en France et pleinement conscient de ses responsabilités économiques et sociales, s'implique sans réserve dans cette démarche." Electrolux avait annoncé le 22 octobre l'arrêt de la production de machines à laver sur son usine de Revins, en promettant de rechercher des "solutions extérieures" pour réindustrialiser le site. Un groupe de travail, piloté par le groupe suédois, pourrait rendre ses conclusions à la fin du mois de janvier...