Le gouvernement dégaine son plan de relance pour la filière photovoltaïque

  • A
  • A
Le gouvernement dégaine son plan de relance pour la filière photovoltaïque
Partagez sur :

De nouveaux appels d'offres vont être lancés.

Le gouvernement a présenté lundi son plan de relance de la filière photovoltaïque en France, qui vise à doubler les volumes annuels, à au moins 1000 mégawatts de projets solaires dès 2013. Cet objectif doit permettre, d'une part de réduire le déficit commercial du secteur solaire estimé à 1,35 milliard d'euros en 2011, et d'autre part, de faire des énergies renouvelables un secteur compétitif et créateur d'emplois. Appels d'offres Pour remplir ces objectifs, le gouvernement va procéder à de nouveaux appels d'offres. Le prochain, concernera les grandes installations, et portera sur un volume de 400 mégawatts au total. D'après les instructions déjà transmises à la Commission de régulation de l'énergie, il sera destiné "à parts égales", aux technologies innovantes, c'est à dire au photovoltaïque à concentration et photovoltaïque avec suivi du soleil, et aux technologies matures sur ombrières et sur toitures. Un deuxième appel d'offres sera lancé dans le courant de l'année et concernera d'autres technologies solaires innovantes. L'innovation, la compétitivité-coût et la protection de l'environnement seront les déterminants de ces appels. Bonification des tarifs L'équipe de la ministre de l'Environnement, Delphine Batho, s'appuiera sur un deuxième outil pour soutenir la filière : la bonification des tarifs auxquels EDF rachète l'électricité, pour les petites installations (résidentielles et petites toitures). Ils seront de 5% à 10%, à condition que la construction de ces panneaux ait été réalisée au sein de l'espace économique européen. Lutter contre la concurrence chinoise Avec ce plan, le gouvernement espère faire renaître la filière et mettre un terme à la domination chinoise. Alors que l'Europe est le premier marché mondial du photovoltaïque, Pékin détient 80% de parts de marché, d'après ProSun, qui regroupe des fabricants européens. Plusieurs enquêtes ont d'ailleurs été ouvertes au niveau international et à l'échelle du Vieux continent. Aux Etats-Unis, l'International Trade Commission (ITC), "s'est prononcée en faveur de l'imposition de droits antidumping et compensateurs sur les produits photovoltaïques importés de Chine", rappelle le ministère. De son côté, Bruxelles a engagé une première antidumping à l'encontre des importations de cellules, modules et plaquettes photovoltaïques chinois. Une seconde porte sur les subventions accordées par la Chine aux acteurs nationaux du secteur photovoltaïque.