Le gouvernement défend la demi-redevance télé pour les résidences secondaires

  • A
  • A
Le gouvernement défend la demi-redevance télé pour les résidences secondaires
Partagez sur :

A droite, l'UMP Gilles Carrez dénonce une taxe qui n'est "pas acceptable"...

Alors que des voix s'élèvent à droite pour dénoncer une mesure qui n'est "pas acceptable", le gouvernement se montre favorable à la mise en place d'une "demi-redevance" télé appliquée aux résidences secondaires. Le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, est monté au créneau dimanche sur BMF TV, expliquant que l'exécutif était favorable au texte proposé par des députés socialistes. 164 millions d'euros à la clef Le gouvernement avait déjà prévu d'augmenter de deux euros le montant de la redevance globale dans son projet de budget 2013. Avec cette "demi-redevance" appliquée aux résidences secondaires, 164 millions d'euros devraient être récoltés en 2013. Mais pour Jérôme Cahuzac, les ménages ne doivent pas être les seuls à faire des efforts. "France télévisions va faire des économies (...) doit faire des économies l'année prochaine. Il n'y a aucune raison que France télévisions ou tel autre opérateur ou dépendance de l'Etat ne fasse pas des économies comme tout le monde en fait", a-t-il indiqué. "Frénésie taxatrice" A droite, la hausse de la taxe audiovisuelle fait grincer des dents. C'est le cas du président de la commission des Finances de l'Assemblée, l'UMP Gilles Carrez, qui considère que "payer deux redevances à deux endroits à la fois n'est pas acceptable". Lors du "Grand Rendez-Vous" i-Télé/Europe1/'Le Parisien' dimanche, il a estimé que "dans la majorité, et même à la Commission des finances, il y a une sorte de frénésie taxatrice et une volonté de taxer tout ce que l'on peut taxer !". Il s'est dit "inquiet de voir cette méconnaissance du monde économique. Les jeunes députés ne veulent pas d'économies ; ils ne veulent pas de maîtrise de la dépense publique. Ils pensent que la solution à tous nos problèmes passe par des taxes" a estimé Gilles Carrez.