Le gouvernement compte créer 100.000 emplois verts en trois ans

  • A
  • A
Le gouvernement compte créer 100.000 emplois verts en trois ans
Partagez sur :

Le nombre d'emplois verts a augmenté de 2,9% entre 2009 et 2012, après une progression de 9,4% entre 2006 et 2009...

La ministre de l'Ecologie Delphine Batho a dévoilé ce mardi les ambitions du gouvernement en matière d'emplois verts... "L'objectif de créer au moins 100.000 emplois en trois ans, c'est un objectif très ambitieux", a-t-elle déclaré au cours d'un séminaire gouvernemental consacré à la transition écologique. Seront d'abord concernés les domaines des éco-industries, de l'efficacité énergétique, ou encore de l'économie circulaire, comme le traitement des déchets ou de l'eau. Delphine Batho n'a en revanche pas évoqué le secteur des énergies renouvelables. Ces dernières, qui ne représentent qu'une partie des emplois verts, totalisent environ 80.000 emplois directs et indirects en 2012, en baisse par rapport aux 100.000 emplois environ comptabilisés en 2011, selon le Syndicat des énergies renouvelables (SER). Selon les chiffres de l'Ademe, repris par 'Les Echos', le nombre d'emplois verts a nettement ralenti entre 2009 et 2012, en hausse de 2,9%, après une progression de 9,4% entre 2006 et 2009. L'Agence de la maîtrise de l'énergie et de l'environnement estime que la barre des 310.000 emplois créés sera tout juste dépassée, alors que l'activité "verte" est elle aussi durement frappée par la crise... Ce ralentissement est beaucoup plus sévère dans le domaine des transports, en raison notamment de la fin de la prime à la casse, que dans le bâtiment. Débat sur la transition énergétique Le gouvernement s'est engagé à lancer en 2013 un vaste plan de rénovation thermique des logements, déjà promis par la précédente majorité. Pendant la campagne, François Hollande avait assuré que ce plan permettrait la création de "dizaines de milliers d'emplois". L'équipe de Jean-Marc Ayrault a lancé fin novembre un débat sur la transition énergétique. L'objectif affiché est de déterminer comment la France compte réduire de 75 à 50% la part du nucléaire, développer massivement les énergies renouvelables et réduire les émissions de gaz à effet de serre. Une loi de programmation, initialement prévue pour juin a été repoussée à septembre afin de laisser plus de temps aux débats dans les régions.