Le G8 tente de calmer le jeu dans la zone Euro

  • A
  • A
Le G8 tente de calmer le jeu dans la zone Euro
Partagez sur :

Sans convaincre...

Le sommet du G8 de ce week-end n'a pas permis d'avancées concrètes sur le plan politique : les dirigeants des 8 pays les plus riches du monde se sont contentés de déclarer qu'ils souhaitaient une zone Euro "forte et unie", comprenant la Grèce et "capable de créer de la croissance"... La question du maintien de la Grèce dans la zone Euro reste toutefois en suspens jusqu'aux nouvelles élections législatives du 17 juin prochain... Ce lundi, les ministres des Finances français Pierre Moscovici et allemand Wolfgang Schäuble, vont se rencontrer à Berlin pour la première. Au menu : le sort de la Grèce et les moyens de stimuler la croissance, cette dernière question divisant assez nettement les deux pays, en tous les cas dans la manière d'y arriver !... Mercredi, les chefs d'Etat de l'Union européenne se retrouveront à leur tour pour un sommet informel à Bruxelles. A la veille du week-end, Bruxelles et la Banque centrale européenne avaient confirmé plancher sur différents scénarios de sortie de la Grèce de la zone euro. Cette éventualité n'a cessé de monter en puissance depuis l'échec des élections législatives du 6 mai en Grèce... Le commissaire au Commerce, Karel De Gucht, a ainsi confirmé pour la première fois l'existence de plans d'urgence pour faire face à cette hypothèse. "Il y a un an et demi, un risque d'effet domino aurait pu exister", a déclaré Karel De Gucht au quotidien belge 'De Standaard'. "Mais aujourd'hui, il y a, à la fois au sein de la Banque centrale européenne et de la Commission européenne, des services qui travaillent sur des scénarios d'urgence dans le cas où la Grèce n'y arrive pas." "Une sortie de la Grèce ne signifie pas la fin de l'euro, comme certains le prétendent", a-t-il tempéré. Par ailleurs, une porte-parole du ministère allemand des Finances a dit que Berlin se préparait à toutes les éventualités. "Depuis deux ans, nous avons fait tout ce qui est possible pour garder la Grèce dans la zone euro (...) Le gouvernement allemand a évidemment la responsabilité envers ses citoyens d'être prêt pour toute éventualité", a-t-elle souligné. Les spéculations sur l'élaboration de tels projets allaient bon train depuis plusieurs semaines, sans être confirmées... La patronne du FMI, Christine Lagarde, avait elle-même balisé le terrain en déclarant que le Fond monétaire se préparait "techniquement" à une sortie de la Grèce.