Le FMI rehausse ses prévisions de croissance pour la France et abaisse celles du monde !

  • A
  • A
Le FMI rehausse ses prévisions de croissance pour la France et abaisse celles du monde !
Partagez sur :

L'institution vise désormais une croissance mondiale de +2,9% cette année et +3,6% auparavant l'an prochain, contre respectivement +3,2% et +3,8% projetés en juillet dernier...

Le Fonds monétaire international a révisé en baisse ses prévisions de croissance mondiale  pour cette année et 2014 mais a rehaussé celles de l'Union européenne et de la France. "La reprise se poursuit mais elle est encore trop lente (...) les économies avancées ne sont pas encore sorties du bois (...) la solidité du système bancaire n'est pas encore claire et le chômage demeure élevé", a prévenu l'économiste en chef, Olivier Blanchard, lors d'une conférence de presse qui s'est tenue à Washington Le FMI vise désormais une croissance mondiale de +2,9% cette année et +3,6% en 2014 contre respectivement +3,2% et +3,8% projetés en juillet dernier, notamment en raison d'un ralentissement plus important que prévu de l'expansion dans les économies émergentes. Par ailleurs, ces prévisions ne tiennent pas compte du "shutdown" américain, a précisé Olivier Blanchard, le FMI tablant sur une rapide sortie de crise. Lente reprise au sein de l'Union Européenne Concernant la zone euro, le FMI estime que la contraction sera moins importante que prévu en 2013 (-0,4 % contre -0,5% jusqu'ici), avant une reprise en 2014. Au coeur de l'Europe, "on voit enfin de véritables signes de reprise grâce à un changement d'humeur", a expliqué Olivier Blanchard. En revanche, dans la périphérie sud du Vieux continent, de nombreuses difficultés persistent. "La demande interne reste déprimée (...) des incertitudes demeurent concernant le bilan des banques", a-t-il ajouté, rappelant que les réformes structurelles deviennent urgentes. Le FMI optimiste pour la France Pour ce qui est de la France, le FMI se montre bien plus optimiste. L'institution table désormais sur un PIB de +0,2% en 2013 et +1% en 2014 contre respectivement -0,1% et +0,9% projetés en juillet dernier. L'institution justifie ces nouvelles prévisions par la révision en hausse de la croissance hexagonale pour le deuxième trimestre. Elle est ressortie à +0,5% contre seulement +0,2% anticipé en moyenne. "Le rééquilibrage budgétaire sera beaucoup moins important qu'en 2012", a ajouté Olivier Blanchard. L'institut français de la statistique anticipe également une nette embellie...