Le FMI exhorte la zone euro à appliquer rapidement les engagements du 21 juillet

  • A
  • A
Le FMI exhorte la zone euro à appliquer rapidement les engagements du 21 juillet
Partagez sur :

Il est notamment question de l'élargissement du FESF...

La zone euro navigue en eaux troubles et il est désormais urgent que les capitaines du navire redressent la barre. "Bien que plusieurs mesures importantes ont été prises par les dirigeants européens, il est maintenant nécessaire de déployer rapidement les nouveaux outils de gestion de crise convenus lors du Sommet le 21 Juillet (...) Ceci est indispensable pour restaurer la confiance des consommateurs, des marchés et les investisseurs ", a déclaré Antonio Borges, directeur du Département Europe du FMI, à l'occasion de la publication du dernier rapport sur les perspectives économiques régionales. Parmi les engagements pris le 21 juillet dernier, figure notamment l'élargissement des capacités du Fonds européens de stabilité financière (FESF) doté de 440 milliards d'euros et pouvant intervenir sur le marché secondaire. Reste que tous les Etats membres de la zone euro doivent ratifier le texte avant qu'il puisse être mis en oeuvre. Or, les Pays-Bas, Malte et la Slovaquie n'ont pas encore procédé au vote... Outre l'utilisation rapide du FESF, le FMI recommande à la BCE de maintenir une politique monétaire accommodante. Son directeur, Jean-Claude Trichet dirigera sa dernière réunion de la banque centrale demain, jeudi avant d'être remplacé par Mario Draghi. Certains pariaient sur une possible baisse des taux mais Eurostat a estimé vendredi dernier l'inflation annuelle de la région à 3% en septembre, bien au dessus de la limite des 2% fixée par la BCE. L'institution appelle aussi les dirigeants de la zone euro à trouver un juste milieu entre rigueur budgétaire et faible croissance. Elle réitère par ailleurs la nécessité de recapitaliser certaines banques, si besoin est, en ayant recours au FESF. "Le potentiel de croissance en Europe est remarquable. Avec la mise en oeuvre régulière de bonnes politiques, il peut être exploité", a conclu Antonio Borges. D'après les dernières projections du Fonds monétaire international, la croissance de la zone euro devrait être de 1,6% en 2011 et 1,1% en 2012 après 1,8% en 2010.