Le déficit du budget de l'Etat s'est creusé à 31 milliards d'euros à fin mars

  • A
  • A
Le déficit du budget de l'Etat s'est creusé à 31 milliards d'euros à fin mars
Partagez sur :

Contre 29,4 milliards d'euros un an plus tôt...

Les données publiées par le ministère du Budget montrent que le déficit du budget de l'Etat français s'est creusé à 31,0 milliards à fin mars contre 29,4 milliards d'euros un an plus tôt. Bercy précise que "cet écart s'explique principalement par la perception, début 2012, de 2,6 milliards d'euros de recettes liée à l'attribution d'autorisations d'utilisation de fréquences dans la bande 800 MHz en France métropolitaine pour établir et exploiter" les fréquences de la 4G. Mais les dépenses sur les trois premiers mois de l'année atteignent 90,2 milliards d'euros, soit 3,5% de plus qu'au premier trimestre 2012, malgré une baisse de 7% de la charge de la dette de l'Etat, à 2,6 milliards, grâce à la faiblesse des taux de refinancement de la France. Les dépenses de personnel progressent de 1,9% à périmètre constant par rapport à 2012 et le prélèvement sur recettes au profit de l'Union européenne s'élève à 8,9 milliards au 31 mars, soit 1,1 milliard de plus qu'un an plus tôt. Déficit public Les recettes n'ont de leur côté augmenté que de 2,2% à 69,6 milliards contre 68,2 milliards un an plus tôt, et ce malgré la forte hausse des prélèvements prévue dans la loi de finances 2013. Les recettes fiscales nettes ont en effet progressé de 3,3% à périmètre constant, à 68,0 milliards. En recul sur les deux premiers mois de l'année, les rentrées de TVA progressent de 1,6%, à 33,6 milliards, mais le produit de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques a plongé de 12,9%. L'impôt sur le revenu enregistre pour sa part un bond de9,3% à 18,6 milliards. Le gouvernement prévoyait dans la loi de finances 2013 de ramener les déficits publics (le déficit budgétaire est sa principale composante) à 3% du PIB en fin d'année, un objectif auquel il a renoncé avec le feu vert de la Commission européenne en raison de la faiblesse de la croissance en ce début d'exercice. Cet objectif reposait sur un déficit budgétaire ramené à 62,3 milliards d'euros à fin 2013 contre 87,2 milliards en 2012. L'équipe de Jean-Marc Ayrault a revu cette prévision et maintenant un déficit public à 3,7% du PIB cette année sur la base d'une croissance limitée à 0,1%, des hypothèses déjà jugées trop optimistes par Bruxelles.