Le "crowdfunding" prend son envol

  • A
  • A
Le "crowdfunding" prend son envol
Partagez sur :

Les montants investis se sont élevés à 66,4 millions d'euros au premier semestre, soit deux fois plus qu'il y a un an.

Le crowdfunding affiche sa bonne santé. D'après le baromètre Compinnov pour Financement Participatif France, les montants investis se sont élevés à 66,4 millions d'euros au premier semestre, soit deux fois plus qu'il y a un an. Tour d'horizon. Pour cela, plus de 10.700 projets ont été mis en ligne, ce qui représente le quart des projets proposés depuis 2008. Tous ces projets n'ont pas abouti, mais les taux de succès s'avèrent assez élevés : 56% pour les investissements en capital, 59% pour les dons avec récompense et 98% pour les prêts. Ventilation des sommes investies Les prêts ont représenté l'essentiel des 66,4 millions d'euros levés. Les montants dans ce domaine ont été de 37,4 millions d'euros (+93%). Les dons se sont élevés à 19,2 millions d'euros (+88%). Enfin, l'investissement en capital a capté 9,8 millions d'euros (+180%). En moyenne, les opérations en capital ont permis de lever 185.483 euros. Pour les prêts, les moyennes ont été de 9.930 euros (prêts rémunérés) et de 650 euros (prêts non rémunérés). Quant aux dons, ils ont débouchés sur des opérations moyennes de 3.478 euros (avec récompenses) et 2.411 euros (sans contrepartie). Ticket moyen par contributeur Concernant les financeurs, le ticket moyen a été de 2.036 euros pour l'investissement en capital.  La moyenne est de 6.581 euros pour les prêts rémunérés alors qu'elle tombe à 88 euros en l'absence de rémunération. Pour les dons, les chiffres sont plus modestes : 61 euros (sans contrepartie) et 52 euros (avec récompense). Le baromètre montre que les moins de 24 ans et les plus de 65 ans sont pratiquement absents des financements en capital. Le financement participatif en actions intéresse essentiellement les 35-49 ans. Ces derniers sont d'ailleurs les principaux contributeurs pour le "crowdfunding". Les jeunes et les seniors s'orientent quant à eux majoritairement vers le don.