Le coût de la rentrée "quasi stable" pour le gouvernement, en hausse pour Familles de France

  • A
  • A
Le coût de la rentrée "quasi stable" pour le gouvernement, en hausse pour Familles de France
Partagez sur :

L'Education nationale évoque une hausse de 0,3% contre +1,4% pour l'association...

L'Education nationale aussi publie ses chiffres pour la rentrée 2013... Le ministère a fait ses comptes, à partir des données de l'Insee "sur les différentes catégories de produits (papeterie, cartables, vêtements, etc..) et services (assurance scolaire)", et en a conclu que la somme à débourser pour les familles en septembre serait quasi-stable (+0,3%) par rapport à l'année dernière. "Elle est inférieure à l'inflation globale pendant la même période (0,9%), ainsi qu'à celle observée entre les rentrées 2011 et 2012 (2%)", écrit le ministère. Certains postes évoluent plus que d'autres, à l'image des vêtements scolaires, dont les prix grimpent de 1,9%, tandis que la papeterie et le matériel et les accessoires de rentrée enregistrent une baisse de 0,9%, et le cartable un repli de -1,2%. En hausse dans les supermarchés Mais ces chiffres ne cadrent pas avec ceux de l'association Familles de France, qui publie chaque année ses estimations, après avoir passé au crible une liste d'articles. Selon elle, le co�"t de la rentrée progresse de 1,4%. C'est toujours dans les magasins spécialisés que les parents risquent de payer la note la plus salée, soit 199,40 euros, ce qui représente une baisse de 10,8%. Elle "s'explique par l'effort fait par de nombreuses officines qui proposent des prix quasi équivalents à ceux des supermarchés et par la refonte de notre base de données prenant davantage en compte la diversité des magasins spécialisés", explique Familles de France. Mais ce mouvement ne se ressent pas dans les supermarchés, avec un ticket à 197,67 euros (+3,9%), ni dans les hypermarchés (170,51 euros, + 6,4%). Le ministère de l'Education rappelle que l'allocation de rentrée scolaire (ARS), qui concerne trois millions de familles en France, augmente cette année de 1,2%, après avoir été valorisée de 25% en 2012, suite aux promesses de campagne de François Hollande. Ce coup de pouce s'élève à de 360,47 euros pour les jeunes entre 6 et 10 ans, 380,36 euros pour la tranche d'âge de 11 à 14 ans et 393,54 euros pour celle de 15 à 18 ans ce qui est tout à fait insuffisant notamment pour les lycées professionnels. "Familles de France réitère sa demande de moduler significativement cette allocation en fonction des niveaux et des filières", écrit l'association.