Le commerce mondial devrait bondir de 5,9% en 2014, d'après Euler Hermès

  • A
  • A
Le commerce mondial devrait bondir de 5,9% en 2014, d'après Euler Hermès
Partagez sur :

Sans surprise, la Chine présente le plus fort potentiel...

"Le commerce mondial se trouve actuellement en pleine mutation", estime dans une étude l'assureur crédit Euler Hermes, qui table sur une progression de +4,1% en terme réels en 2013 (contre +2,5% de croissance de PIB), puis de +5,9% en 2014."Cependant le dynamisme du commerce extérieur restera inégal au niveau des régions et des secteurs : après le 'tout globalisation', nous constatons un virage vers une plus forte régionalisation et l'apparition de nouveaux risques", tempère Ludovic Subran, chef économiste d'Euler Hermes. Dans le top 10 des pays présentant les forts potentiels de demande d'ici 2015, c'est la Chine qui arrive sans surprise en tête (+10%), devant le Vietnam (+8,8%), l'Indonésie (+8,6%) et l'Inde (+8,6%). L'Angola, le Nigéria ou encore la Turquie complètent le palmarès des destinations les plus prisées, devant la Russie, l'Argentine, et la Colombie. Chimie et automobile Pour Euler Hermès, les secteurs qui ont "le vent en poupe sont la chimie et la construction automobile avec respectivement 391 et 169 milliards de dollars (299,5 et 129,5 milliards d'euros) de demande additionnelle d'importations d'ici 2015. Par ailleurs, l'agroalimentaire (+10%) et la pharmacie (+15%) devraient connaître un potentiel de croissance intermédiaire, talonnés par les composants électroniques (+9%). "La transformation du commerce mondial découle indubitablement du maillage des nouvelles routes sectorielles. La Route de la Soie est devenue celle des tablettes et sera sans doute celle des polymères et plastiques prochainement", analyse Ludovic Subran. Au total, selon l'assureur crédit, le dynamisme du commerce mondial devrait s'élever à 820 milliards de dollars (630 milliards d'euros) d'opportunités additionnelles à l'export sur sept secteurs (chimie, composants électroniques, constructeurs automobiles, équipementiers automobiles, industries agro-alimentaires, pharmacie, matériels informatiques), soit +15% d'augmentation et estime que cette hausse correspond "à la création d'une économie équivalente aux Pays-Bas en à peine trois ans".