Le club montpelliérain de handball au coeur d'une enquête sur des paris truqués

  • A
  • A
Le club montpelliérain de handball au coeur d'une enquête sur des paris truqués
Partagez sur :

Des joueurs et leurs proches sont soupçonnés d'avoir réalisé des paris truqués lors d'un match qui s'est tenu en mai dernier...

Montpellier, le plus grand club français de handball et champion en titre est depuis hier à la Une de l'actualité, mais cette fois, pas pour ses exploits sportifs. Mercredi, France 3 Languedoc-Roussillon a révélé qu'une enquête était actuellement en cours, suite à des paris suspects passés le 12 mai dernier lors du match Cesson-Montpellier. A cette date, le MAHB était déjà champion de France. "Pic anormal" de paris Ce jour là, alors que l'équipe de Montpellier perd sur le score de 28 à 31, la Française des Jeux, dit avoir enregistré un pic "anormal" de paris, rappelle France 3 Régions. Suite à un dépôt de plainte de sa part, la justice va alors découvrir que "des épouses ou concubines de joueurs et de membres de l'environnement du club ont joué Montpellier perdant", dans trois bureaux de tabac (région parisienne, Bretagne et près Montpellier). Environ 5.000 euros auraient été joués pour un gain de 200.000 euros, toujours selon les informations de France 3. Or, la loi de mai 2010, interdit les joueurs et leurs proches de parier sur les matchs qui les concernent. Laisser la justice "faire son travail" Si la ministre des Sports,Valérie Fourneyron rappelle qu'"il appartient à la justice de faire toute la lumière sur cette affaire", elle se félicite de voir que "les systèmes d'alerte (...) ont montré leur efficacité". "Aucun pays ni aucun sport n'est à l'abri des risques de fraude liés aux matches truqués", ajoute-t-elle. De leur côté, la Ligue nationale et la Fédération française de handball rappellent dans un communiqué commun, leur vigilance en matière de paris sportifs mais estiment "prématuré d'évoquer d'éventuelles suites disciplinaires". En cas de faits avérés, elles prendront les sanctions qui s'imposent, tout en rappelant leur attachement à la présomption d'innocence.