Le chômage grimpe encore et toujours...!

  • A
  • A
Le chômage grimpe encore et toujours...!
Partagez sur :

Comme attendu, il a progressé pour le 21ème mois consécutif en janvier...

Inverser la courbe du chômage d'ici la fin 2013, un objectif qui devient de plus en plus compliqué, mais auquel le gouvernement assure ne pas renoncer. Sans surprise, le nombre de demandeurs d'emplois a progressé en janvier pour le 21ème mois consécutif, montrent les données publiées ce mardi soir par Pôle Emploi. Le nombre d'inscrits en catégorie A, en France métropolitaine a grimpé de 1,4 % en janvier, ce qui représente 43.900 personnes de plus qu'en décembre. Le nombre total de personnes à la recherche d'un travail s'établit ainsi à 3,17 millions, en catégorie A.  Sur un an, la hausse est de + 10,7 %. Au total, le nombre de demandeurs d'emplois de catégories A, B, C s'établit à 4,68 millions en France métropolitaine (+1,3%). Modification des règles Au delà des effets de conjoncture, Pôle Emploi et le ministère du Travail rappellent que le mode de comptabilisation du nombre de demandeurs d'emplois intègrent quelques nouveautés qui peuvent influer sur l'évolution constatée. Sans modification des règles, ils estiment que la hausse du nombre de demandeurs d'emplois par rapport à fin décembre 2012, aurait été de seulement 0,7% (+22. 800 personnes), d'un mois sur l'autre et de 10 % sur un an. A titre d'exemple, les règles de gestion des radiations administratives prennent désormais effet à la date de leur notification, et non plus à la date du manquement qui les motive. Au lieu d'être comptabilisées en janvier, elles le seront en février. De même, les demandeurs d'emplois ne sont plus répartis par catégorie, en fonction de l'âge atteint au 31 décembre de l'année en cours, mais en fonction de celui qu'ils ont à la fin du mois. Selon cette nouvelle règle, le nombre de personnes inscrites en catégorie A, de moins de 25 ans, à la recherche d'un travail est en hausse de +0,5% par rapport à décembre, alors qu'il aurait été en repli de -0,8% en l'absence de cette réforme. Pour les plus de 50 ans, il progresse de +1,8% (contre +1,5% sans réforme). Le gouvernement maintient ses objectifs "Je n'ai pas l'impression, moi, que l'objectif de l'inversion de la courbe du chômage soit un objectif abandonné, bien au contraire", a déclaré lundi, sur Europe 1, le ministre du Budget Jérôme Cahuzac. Ce week-end, François Hollande, a répété que toute son équipe était mobilisée pour atteindre ce but, ajoutant toutefois : "C'est vrai qu'avec une croissance faible, 0,1% (prévision de la Commission européenne, ndlr), l'année 2013 sera marquée par une progression du chômage". L'organe exécutif européen, qui a actualisé les prévisions de croissance et de déficit de ses Etats membres la semaine dernière, table en effet sur un taux de chômage culminant en France à 11% en 2014, après 10,7% en 2013 et 10,3% en 2012. "Dans le contexte actuel de la stagnation de l'activité économique (...) les employeurs sont susceptibles de se concentrer davantage sur la restauration de la productivité, au détriment des créations d'emplois", explique Bruxelles. Le ministre du Travail, Michel Sapin ne s'avoue pas vaincu pour autant, et mise beaucoup sur sa politique de l'emploi. Les dispositifs déployés tels que les contrats de génération, les emplois d'avenir, mais aussi l'accord sur le marché du travail qui doit être transposé en loi, sont autant d'outils qui doivent permettre d'atteindre le but fixé...