Le chômage est resté stable au mois de mai

  • A
  • A
Le chômage est resté stable au mois de mai
Partagez sur :

Seul le nombre de demandeurs dans la catégorie des plus de 50 ans a progressé...

Le chômage est resté stable en France au mois de mai, après deux années de hausse. Seuls 100 chômeurs supplémentaires ont été recensés dans la catégorie A (ceux qui n'ont pas travaillé), soit une hausse de 0,0%, ce qui porte leur nombre à 3.264.500, établissant un record. Sur un an, il augmente de 11,5%. En tenant compte des personnes exerçant une activité réduite (catégories B et C), le nombre de demandeurs d'emploi a diminué pour la première fois depuis octobre 2010, avec une baisse de 0,1%, soit 3.600 personnes de moins, pour s'établir à 4.795.600. Sur un an, sa hausse est de 10,0%. En incluant les départements d'outre-mer, il s'élève à5.093.200 personnes. "Signaux favorables" "Cette accalmie est cohérente avec certains signaux favorables observés ces dernières semaines", déclare le ministère du Travail dans un communiqué, tout en soulignant que "cette stabilisation de mai s'inscrit dans une tendance qui reste à la hausse, et le restera dans les mois à venir". "Ce résultat, qui n'est pas encore le retournement attendu (inverser la courbe d'ici fin 2013 Ndlr), est un encouragement à poursuivre les efforts en vue de l'inversion durable de la courbe du chômage", poursuit le texte. Seuls les seniors ne profitent pas de cette pause : le chômage des travailleurs âgés de 50 ans et enregistre une progression de 0,6% pour la catégorie A en métropole et de 0,5% pour les catégories A, B et C (respectivement +16,7% et +14,9% sur un an). A l'inverse, le nombre de demandeurs d'emploi de moins de 25 ans a baissé de 0,5% en métropole pour la catégorie A (+10,7%sur un an) et de 0,4% pour A, B et C (+10,0% sur un an). Les sorties augmentent plus que les entrées Les entrées à Pôle emploi ont diminué en mai de 4,9% pour les catégories A, B et C et les sorties ont augmenté de 8,4%. "Les sorties pour reprises d'emploi déclarées (+7,5%) et autres cas (+2,5%) augmentent", note le ministère. "Les sorties pour cessations d'inscription pour défaut d'actualisation augmentent très fortement (+19,9%), après avoir été à un niveau relativement bas les deux mois précédents. Les sorties pour entrées en stage (-3,2%), arrêts de recherche (-1,5%) et radiations administratives (-9,4%) diminuent."