Le bénéfice trimestriel de JP Morgan peu impacté par la perte de trading de "la baleine"

  • A
  • A
Le bénéfice trimestriel de JP Morgan peu impacté par la perte de trading de "la baleine"
Partagez sur :

D'ailleurs, le 'Wall Street Journal' du jour croit savoir que la baleine de Londres aurait quitté la banque...

Malgré une importante perte de trading causée par la "baleine", la banque new-yorkaise JP Morgan Chase est parvenue à dégager au deuxième trimestre un bénéfice net de 5 milliards de dollars, soit 1,21 dollar par action, pour 22,9 milliards de revenus, contre 5,4 un an plus tôt. Le groupe évoque une solide performance trimestrielle, une amélioration confirmée dans le crédit au consommateur, ainsi que de plus faibles volumes sur les marchés de capitaux. La perte de trading attribuée au Français Bruno Iksil - surnommé la "baleine de Londres" - et à ses supérieurs, initialement estimée à 2 milliards de dollars aurait finalement totalisé 4,4 milliards de dollars après les derniers petits calculs internes de la banque. Jamie Dimon, le patron de JP Morgan affirme que cette dernière a significativement réduit le risque des positions. D'ailleurs, le 'Wall Street Journal' du jour croit savoir que la baleine de Londres aurait quitté la banque, tout comme son supérieur direct, Javier Martin-Artajo, ainsi que le manager de ce dernier, Achilles Macris. Les trois employés étaient restés au sein de l'établissement durant la période d'enquête interne et de dénouement des - mauvaises - opérations.