"La taxe sur les objets connectés n'est pas enterrée", assure Filippetti

  • A
  • A
"La taxe sur les objets connectés n'est pas enterrée", assure Filippetti
Partagez sur :

"Nous y travaillons, elle n'est pas enterrée, je n'ai pas reculé, j'avance", assure la ministre...

La taxe sur les smartphones et les tablettes verra bien le jour, même si ce n'est pas en 2014, assure Aurélie Filippetti. "La contribution sur les terminaux connectés, nous y travaillons, elle n'est pas enterrée, je n'ai pas reculé, j'avance", a assuré la ministre de la Culture au micro de RTL jeudi. La proposition de taxer ces objets émanait du rapport de Pierre Lescure, remis au gouvernement au printemps. Dans ce document, il préconisait de mettre en place une taxe sur les ventes d'appareils connectés qui alimenterait une "sorte de compte de soutien des industries créatives". Dans son rapport, l'ex-PDG de Canal + évoquait un "taux très modéré de 1%", en réponse aux attaque de l'UMP qui dénonçait une "gauche droguée aux impôts". Mais cette piste a été écartée du budget 2014, alors que la grogne des Français monte face à l'augmentation des impôts. "Financer la création" Sur RTL, Aurélie Filippetti a de nouveau fait la promotion de cette taxe, assurant que "l'objectif de cette contribution n'était pas du tout d'augmenter la pression fiscale", mais de demander aux constructeurs de réduire leurs marges. "Il vaut mieux soumettre à une contribution ces fabricants de matériels, c'est à eux de payer, c'est à eux de diminuer leurs marges pour pouvoir financer la création", a-t-elle déclaré. La ministre de la Culture s'est par ailleurs félicitée de la baisse de la TVA sur les places de cinéma de 7% à 5% le 1er janvier, "une grande victoire", et du fait que la redevance audiovisuelle soit stabilisée, après un "gros effort" demandé aux contribuables sur ce point.