La taxation du diesel, un "problème de santé public" pour Delphine Batho

  • A
  • A
La taxation du diesel, un "problème de santé public" pour Delphine Batho
Partagez sur :

"Il y a aujourd'hui 40.000 décès prématurés chaque année liés à la pollution de l'atmosphère", explique la ministre...

"La taxation du diesel n'est pas une question de politique fiscale, mais un problème de santé publique", pour Delphine Batho. Interrogée ce matin sur BFM-TV, la ministre de l'Ecologie a estimé qu'un alignement de la fiscalité du diesel sur l'essence, qui permettrait de récolter 3 et 4 milliards d'euros, aurait surtout des vertus en termes de santé. " Il faut le regarder en face. Cette question est sur la table, mais ce n'est pas décidé. Je pense que ce sera incontournable, j'y suis favorable, et c'est attendu aussi par le secteur des raffineries en France, car on importe du diesel et on exporte de l'essence. Le précédent gouvernement l'a même défendu à Bruxelles !", a-t-elle déclaré. Pollution de l'atmosphère "Il y a aujourd'hui 40.000 décès prématurés chaque année liés à la pollution de l'atmosphère et une des raisons de la pollution de l'atmosphère dans les grandes villes notamment, c'est le problème du diesel et notamment des vieux véhicules au diesel, par exemple les véhicules d'avant 1997, d'avant 2000 qui polluent 30 fois plus qu'un véhicule récent", a expliqué Delphine Batho. Cette mesure "sera aussi quelque chose qui sera attendu par le secteur des raffineries en France puisque le paradoxe c'est qu'on importe du diesel et qu'on exporte de l'essence donc ce sera aussi quelque chose de positif pour la balance commerciale", a indiqué la ministre. Pas d'argent public pour les gaz de schiste La ministre est par ailleurs revenue sur le débat récurrent concernant les gaz de schiste. "Je ne crois pas qu'il y ait de l'argent public à mettre dans les gaz de schiste", a-t-elle indiqué. "Je suis socialiste, il y a aussi un enjeu de redistribution des richesses : ce n'est pas à l'Etat de payer des recherches que les compagnies pétrolières peuvent faire elles-mêmes. L'Allemagne est en train de suivre l'exemple de la France sur la fracturation hydraulique".