La réforme des retraites est passée en Conseil des ministres

  • A
  • A
La réforme des retraites est passée en Conseil des ministres
Partagez sur :

La plupart des mesures étaient déjà connues...

Alors que le projet de réforme des retraites était présenté ce mercredi en Conseil des ministres, Marisol Touraine a promis que l'impact financier sera quasiment indolore pour les ménages. L'examen du texte par les députés débutera le 7 octobre prochain. Objectif : trouver les sept milliards d'euros nécessaires au rééquilibrage du régime général à l'horizon 2020. Deux euros par ménage "Un effort est demandé, mais il sera limité. Pour un salarié payé au SMIC, il sera de l'ordre de 2 euros par mois", a fait valoir la ministre de la Santé, au micro de RMC et de BFM Télé. La réforme prévoit en effet une hausse des cotisations vieillesse des entreprises et des salariés dans les mêmes proportions. Elle seront relevées de 0,15 point la première année pouis de 0,05 point les trois suivantes. Pour les entreprises, le gouvernement a promis des mesures compensatoires afin de ne pas alourdir le co�"t du travail. Cette disposition s'accompagnera de la mesure phare du projet de loi, à savoir l'accroissement de la durée de cotisation, jusqu'à un plafond de 43 ans pour les générations nées à partir de 1973. Cette modification n'interviendra pas avant 2020, "pour ne pas bouleverser les projets des personnes proches de la retraite", a souligné la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud Belkacem à l'issue du Conseil des ministres. A elle seule, cette mesure devrait rapporter 5,6 milliards d'euros en 2040. Mise à contribution des retraités Rappelons par ailleurs que la réforme mettra à contribution les retraités, "sauf pour les plus modestes d'entre-eux", a précisé la porte-parole du gouvernement. En outre, les pensions seront désormais revalorisées le 1er octobre et non plus le 1er avril. Par ailleurs, les majorations de pension de 10% pour ceux qui ont élevé 3 enfants ou plus seront dorénavant imposables. En contrepartie le projet entend introduire davantage de justice avec une meilleure prise en compte des contrats à temps partiel notamment chez les femmes, ainsi que des périodes d'apprentissage pour les plus jeunes. Enfin, un compte pénibilité verra le jour en 2015.