La Redoute : les trois syndicats majoritaires refusent de signer le plan social

  • A
  • A
La Redoute : les trois syndicats majoritaires refusent de signer le plan social
Partagez sur :

CGT, CFDT et Sud avaient jusqu'à 14 heures pour se prononcer...

Le plan social soumis par la direction de la Redoute n'a pas reçu les faveurs des principaux syndicats du spécialiste de la vente par correspondance... "Aucun des trois syndicats CGT, CFDT, SUD n'a signé l'accord", a déclaré auprès de l'agence Reuters, Fabrice Peeters, responsable CGT, à l'issue d'un comité d'entreprise. L'organisation minoritaire CFE-CGC est la seule à avoir signé le document. Rappelons que La Redoute a été cédée en décembre dernier, pour un euro symbolique au management de l'entreprise par Kering. En outre, Nathalie Balla - PDG - et Eric Courteille - secrétaire général de Redcats ont repris les rênes de la société. En janvier, ils ont annoncé leur intention de supprimer 1.178 postes sur quatre ans, dont 700 licenciements contraints. Kering s'est parallèlement engagé à financer le projet des repreneurs et les mesures sociales à hauteur de 520 millions d'euros. "Survie de La Redoute en jeu" Kering avait toutefois mis en garde les syndicats cette semaine. "A ce jour, il n'y a pas d'autre repreneur pour l'entreprise, et Kering ne continuera pas à financer les pertes de La Redoute sans plan de transformation", a-t-il fait valoir dans un communiqué. La direction proposait une indemnité minimale de départ volontaire de 20.000 euros, à laquelle s'ajoute 750 à 1.200 euros selon les cas par année d'ancienneté, plus un mois de salaire pour les 50-54 ans et deux mois pour les 55 ans et plus. Les organisations syndicales demandaient pour leur part une indemnité de base de 40.000 euros et 1.500 euros par année d'ancienneté.