La production des crédits immobiliers en hausse, un "simple trompe l'oeil" ?

  • A
  • A
La production des crédits immobiliers en hausse, un "simple trompe l'oeil" ?
Partagez sur :

Le courtier Empruntis relativise les dernières données de observatoire Crédit logement/CSA...

La production de crédits immobiliers a accéléré au deuxième trimestre son rebond entamé en début d'année, selon les données publiées mardi par l'observatoire Crédit logement/CSA, qui évoque des taux d'intérêt de plus en plus bas. La hausse observée est de 7% en volume (7,7% en nombre de prêts) sur la période avril-juin par rapport aux trois mois précédents, même si la production reste en retrait de 2,1% en rythme annuel. Ce rebond est tiré par l'ancien (+8,2% au deuxième trimestre), qui avait accusé en 2012 une récession particulièrement sévère (-35,5%), alors que le neuf peine à repartir, avec un repli de 1% pour la production de crédits en volume au deuxième trimestre (+5,1% pour le nombre de prêts accordés) et -2,9% en rythme annuel. Un trompe l'oeil ? Mais ces chiffres sont à relativiser, estime le courtier en ligne Empruntis, qui rappelle que la production bancaire ne comprend pas seulement les nouvelles acquisitions. Cette bonne nouvelle "est principalement due aux rachats de crédits immobiliers", estime Ma�"l Bernier, sa porte-parole. "Or cette activité a littéralement explosé depuis février 2013 et ces lignes de crédit se retrouvent dans la production bancaire du second trimestre 2013. En d'autres termes, cette reprise n'est probablement qu'un trompe l'oeil", selon elle. L'observatoire Crédit logement/CSA note par ailleurs que le taux moyen des prêts du secteur concurrentiel (hors assurance et co�"t des s�"retés) s'établissait en juin à 2,89%, un nouveau record à la baisse, contre 2,97% en mai. Tous les marchés profitent de cette situation exceptionnelle : le taux moyen pour l'immobilier neuf était ainsi à 2,91% en juin, contre 3,93% en février 2012, celui de l'ancien à 2,90% (contre 3,97% en février 2012) et celui du marché des travaux à 2,86% (contre 3,93%).