La parité dans les sociétés cotées en bourse, c'est pas encore gagné !

  • A
  • A
La parité dans les sociétés cotées en bourse, c'est pas encore gagné !
Partagez sur :

La Commission européenne a fixé comme objectif une proportion minimale de 40% de femmes d'ici 2020, dans chaque conseil.

La parité a encore du chemin à faire au sein des organes de direction des sociétés cotées en bourse. Selon les données fournies par la Commission européenne, 96,8% des présidents de conseil d'administration sont des hommes. 91,1% des administrateurs exécutifs sont aussi masculins, comme 85% de leurs administrateurs non-exécutifs. Et ce ne sont pas les initiatives, pourtant multiples, lancées au niveau national ou européen qui ont arrangé les choses. Depuis 2003, le nombre de femmes siégeant dans les conseils des sociétés n'a progressé que de 0,6 point de pourcentage en moyenne. 40% de femmes dans les conseils d'ici 2020 Pour y remédier, la Commission a adopté une directive fixant l'objectif d'atteindre, d'ici 2020, une proportion minimale de 40% de femmes parmi les administrateurs non-exécutifs de chaque conseil. La proposition oblige les sociétés cotées n'atteignant pas ce quota à pourvoir les postes concernés sur la base d'une analyse comparative des qualifications de chaque candidat, en appliquant des critères préétablis, clairs, univoques et formulés en termes neutres, de sorte à remplir cet objectif. La France prise en exemple! L'exécutif européen cite le cas français comme étant un "moteur du changement". Parmi les sociétés du CAC40, la proportion de femmes dans les conseils a augmenté de 10 points pour atteindre 22,3% en janvier 2012, contre 12,3% en octobre 2010. Cette évolution fait suite à l'adoption en 2010 d'un quota obligatoire. La France vise 40% d'ici 2017, avec un objectif intermédiaire de 20% pour 2014. Plus d'égalité dans les institutions de l'UE, sauf à la BCE La directive proposée par la Commission concerne environ 5.000 sociétés cotées dans l'Union. Les petites et moyennes entreprises de moins de 250 salariés et dont le chiffre d'affaires annuel mondial n'excède pas 50 millions d'euros n'y seront pas soumises, pas plus que les sociétés non-cotées. Les entreprises publiques, dans un souci d'exemplarité, devront avoir atteint dès 2018, soit avec deux ans d'avance, le quota de 40%. Le texte va être soumis au Parlement européen et au Conseil de l'Union européenne pour examen dans le cadre de la procédure législative ordinaire. Dans les institutions européennes, la proportion entre hommes et femmes est globalement plus égalitaire que dans les conseils d'administration de sociétés cotées, hormis en ce qui concerne la Banque Centrale Européenne qui demeure un bastion masculin (22 hommes et un poste vacant au sein du conseil des gouverneurs). Au sein de la Commission européenne, les femmes représentent 52,4% du personnel et 33% des commissaires. Au parlement européen, les femmes représentent 35% des députés; ce qui est mieux qu'au Conseil européen où ne figurent que 3 femmes sur 27 membres, soit 11%.