La hausse de la TVA a plombé l'activité japonaise au deuxième trimestre

  • A
  • A
La hausse de la TVA a plombé l'activité japonaise au deuxième trimestre
Partagez sur :

Le taux est passé de 5% à 8% le premier avril dernier, afin de lutter contre la spirale de la déflation et de réduire la dette du pays.

La hausse de la TVA a plombé l'activité japonaise au deuxième trimestre. Le PIB s'est contracté de -1,7% par rapport à la période janvier-mars, alors que le consensus visait un repli de 2%. Sur un an, la contraction ressort à -6,8%, contre +6,1% au premier trimestre, d'après les données officielles publiées ce mercredi. Une deuxième hausse de la TVA en 2015 Dans le détail, la consommation privée a reculé de 5% sur le trimestre alors que le marché attendait une baisse limitée à 4,3%. L'investissement des entreprises n'a pas pris le relai, accusant parallèlement un repli de 2,5%. Afin de lutter contre la déflation et de réduire la dette publique de l'archipel - qui dépasse les 200% du PIB - le gouvernement a augmenté le taux de TVA de 5% à 8% au 1er avril dernier. Une deuxième hausse pourrait intervenir en octobre 2015, afin de le porter à 10%. De quoi plomber un peu plus la consommation des ménages et l'activité du pays. Pas d'intervention de la BoJ dans l'immédiat Pour l'heure, la Banque centrale du Japn (BoJ) qui a lancé un plan de rachats d'actifs l'an dernier ne compte pas aller plus loin. "Je ne ressens pas le besoin (d'un soutien budgétaire supplémentaire) mais nous prendrons les mesures nécessaire et appropriées en fonction de l'évolution de la situation à partir de maintenant", a toutefois déclaré le ministre de l'Economie, Akira Amari, d'après les propos rapportés par Reuters. S'appuyant sur la forte hausse de l'activité enregistré sur la période janvier-mars, le Fonds monétaire international (FMI) avait relevé sa prévision de croissance 2014 à +1,6% le mois dernier. Mais selon une majorité d'économistes sondés par Reuters, la croissance de l'année fiscale entamée le 1er avril, serait bien inférieur au chiffre de 1% projeté par la BoJ.