La Grèce veut accélérer le chantier des privatisations

  • A
  • A
La Grèce veut accélérer le chantier des privatisations
Partagez sur :

Athènes engagera d'ici au mois de mai la privatisation des troisième et quatrième plus grandes sociétés cotées en Grèce...

La Grèce a annoncé mercredi qu'elle engagerait d'ici au mois de mai la privatisation de deux grands groupes déjà cotés, la société de paris OPAP et le raffineur Hellenic Petroleum, respectivement troisième et quatrième plus grandes sociétés cotées en Grèce en termes de capitalisation boursière. Dans une interview à Reuters, le directeur de l'agence grecque chargée des privatisations, Costas Mitropoulos, a précisé que l'appel d'offres pour la participation de 29% détenue par Athènes dans OPAP serait lancé avant les législatives prévues fin avril, début mai, et s'achèverait dans l'année. L'Etat grec détient actuellement 34% du capital de l'OPAP. Sa capitalisation boursière atteint 2,3 milliards d'euros. En mai, les investisseurs pourront ensuite exprimer leur intérêt pour la participation de 35,5% de la Grèce dans Hellenic Petroleum, soit une valeur boursière d'environ 580 millions d'euros. La Grèce a déjà lancé un appel d'offres pour la compagnie gazière DEPA, dans laquelle elle prévoit de conserver une participation de 34%. Elle va cependant repousser la privatisation des sociétés de distribution d'eau EYDAP et EYATH du deuxième trimestre au second semestre en raison de problèmes techniques, a-t-il fait savoir. L'an dernier, les privatisations n'ont rapporté que 1,6 milliard d'euros à la Grèce. Pour 2012, le pays a convenu avec l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI) de viser environ 3 milliards d'euros de recettes de privatisations, a fait savoir Costas Mitropoulos.