La Grèce adopte le nouveau plan de rigueur budgétaire

  • A
  • A
La Grèce adopte le nouveau plan de rigueur budgétaire
Partagez sur :

Il prévoit 18 milliards d'euros d'économies supplémentaires.

Le parlement grec a adopté de justesse, peu avant minuit mercredi, le nouveau train d'économies exigé par ses créanciers... Ce plan de 18 milliards d'euros a été voté par 153 voix sur 300, franchissant de très peu la majorité des 151 voix nécessaires pour son adoption. Malgré des défections dans les rangs de la coalition au pouvoir (qui allie la droite aux socialistes et au petit parti de gauche modérée Dimar), le Premier ministre Antonis Samaras a donc remporté une étape dans sa bataille pour sortir le pays de l'ornière du surendettement. Manifestation devant le parlement Pendant que les parlementaires débattaient dans une ambiance houleuse, plus de 70.000 manifestants s'étaient massés hier soir devant le parlement, occasionnant de violentes échauffourées entre les forces de police et des groupes de manifestants. Ces rassemblements, à Athènes et en province, marquaient la fin d'une grève générale de 48 heures, la troisième contre la coalition gouvernementale en l'espace de quelques mois. La loi pluri-annuelle 2013-2016 d'austérité prévoit notamment le report de l'âge de la retraite de 65 à 67 ans, une révision en baisse du montant des retraites, ainsi que des prestations sociales et de santé et des salaires des hauts fonctionnaires... Par ailleurs, des milliers de postes de fonctionnaires seront supprimés sur 3 ans, le marché du travail et des services sera dérégulé et certaines taxes vont augmenter. L'adoption de ce texte sera suivie, dimanche, d'un nouveau vote sur le budget 2013, qui devrait, sauf coup de théâtre, être lui aussi adopté... Ces deux scrutins ouvriront ensuite la voie au versement par l'Union européenne et le FMI de la prochaine tranche de prêts de 31,2 milliards d'euros indispensable pour éviter la défaillance de la Grèce fin novembre... Modalités du report des objectifs à fixer D'ici là, les pays européens et la BCE devront aussi s'accorder sur les modalités techniques et financières du report de 2 ans qui devrait être accordé à Athènes pour atteindre ses objectifs de désendettement. Compte-tenu de la gravité de la récession en Grèce, l'objectif d'un retour à 120% du ratio dette sur PIB en 2020, devrait être repoussé à 2022. En 2013, au lieu de baisser comme initialement prévu, la dette publique devrait atteindre 190% du PIB après environ 170% en 2012 et 2011, estiment les experts.