La fraude à la SNCF représente 300 millions d'euros par an

  • A
  • A
La fraude à la SNCF représente 300 millions d'euros par an
Partagez sur :

La RATP affiche 100 millions d'euros...

300 millions d'euros... C'est ce que co�"te chaque année la fraude à la SNCF, selon les chiffres du ministère des Transports, publiés sur le site de l'Assemblée nationale et repérés sur Twitter par @VuDuPerchoir. Cette somme est relativement stable d'une année sur l'autre, selon ce document. Les types de fraude au titre de transport "portent sur les moyens de paiement lors de l'achat d'un billet, une réduction non justifiée, le non compostage, l'absence de titre de transport et un billet ne correspondant pas au trajet", explique le ministère. Une "veille accrue" sur les ventes des titres de transport par internet et les fraudes aux abonnements a été mise en place par la SNCF. Pour lutter contre la fraude pendant le voyage, des "équipes volantes" et 10.000 contrôleurs tentent de repérer les fraudeurs. 100 millions d'euros pour la RATP Du côté des transports parisiens, le co�"t annuel de la fraude pour la RATP a atteint les 100 millions d'euros en 2012, un chiffre qui varie là encore très peu d'une année sur l'autre. Le taux de fraude dans les bus et les tramway est en moyenne deux fois plus élevé que dans le métro. Cette proportion grimpe encore plus comparée au RER dans Paris intra-muros. Le ministère défend son action en rappelant que la RATP mise sur "un système billettique performant autour du passe Navigo tant en matière de support (passe sans contact) que d'équipement de contrôle (valideurs) et de fermeture des réseaux (ligne de contrôle physique et portillon sur les réseaux ferrés)". Le contrôle itinérant est concentré "dans les zones à fort flux de fraudeurs, soit 140 points prioritaires en �?le-de-France situés principalement au nord et nord est et dans l'est et le sud est de la capitale".